Muriel Robin, hospitalisée après un malaise sur scène : "C'était un coup de fatigue, elle va bien"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/05/2016 à 11H55
Muriel Robin en janvier 2016 sur le plateau de "Vivement dimanche"

Muriel Robin en janvier 2016 sur le plateau de "Vivement dimanche"

© PHOTOPQR/LE PARISIEN

L'actrice et humoriste Muriel Robin a été admise dans un hôpital parisien samedi après avoir fait "un malaise" en pleine représentation de la comédie "Momo" au Théâtre de Paris, a-t-on appris dimanche auprès de l'attaché de presse du spectacle et du théâtre.

"Elle va bien. C'était juste un coup de fatigue. Il n'y a aucune inquiétude à avoir pour Madame Robin", a indiqué à l'AFP Alain Ichou dans un bref mail. Il n'était pas en mesure de dire si l'humoriste, âgée de 60 ans, était sortie de l'hôpital samedi.

De son côté, le Théâtre de Paris a précisé que samedi, la représentation de 17H00 a dû être interrompue "avant la fin" en raison de ce malaise et celle de 20H30 "annulée".

Incertitude sur la reprise mercredi

"Nous ne savons pas encore si le spectacle reprendra mercredi soir", a expliqué un employé chargé de la billetterie. "Nous vous informons que suite à un malaise pendant la représentation de Momo au théâtre de Paris samedi 28 mai, Muriel Robin observera quelques jours  de repos. Les représentations reprendront dès que son état le lui permettra",  selon un communiqué dimanche sans autre précision.

La comédie "Momo", pièce inédite de Sébastien Thiéry sur la filiation et le mal d'enfant, traitée sur un registre tragicomique, se joue au Théâtre de Paris du mercredi au vendredi à 20h30 et le samedi à 17H00 et 20H30, a-t-il rappelé.

Réunis pour la première fois sur les planches, Muriel Robin et François Berléand incarnent un couple bourgeois sans enfants qui, un beau jour, se découvre un fils trentenaire censé avoir été abandonné à la naissance, et bien décidé à renouer les liens.

Muriel Robin joue le rôle de Laurence, une épouse entièrement concentrée sur sa carrière qui bascule dans l'émotion quand l'absurde se transforme en introspection sur le mal être abyssal de son personnage.