Christophe Alévêque : la présidentielle à pleines dents !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/04/2012 à 14H32
Christophe Alévêque en "Super Rebelle" sur la scène du Rond-Point à Paris

Christophe Alévêque en "Super Rebelle" sur la scène du Rond-Point à Paris

© DELALANDE RAYMOND/SIPA

Il arrive par l’arrière de la salle, sous une pluie de confettis, de bulletins de vote et de ballons. L’orchestre balance une musique grandiloquente et criarde. Lui a le sourire carnassier du candidat prêt à tout balayer sur son passage. Jusque là, on pourrait y croire, cette entrée en scène Canada Dry est presque aussi vraie que nature.

Bon, en y regardant bien, il a tout de même une cape rouge assortie d’un blason « SR », un slip à coque de super-héros enfilé au dessus du costume. Et ses acolytes distribuent des milliers de billets de 500 euros (des collectors, d’ailleurs : côté pile, le visage du président sortant, côté face, celui du super-rebelle) ! Pas de doute. C’est bien une farce. Mais dopée à l’acide !

C’est donc parti pour un long meeting délirant, dans lequel Christophe Alévêque se lâche totalement. Drôle, méchant, provocateur, toutes ses qualités sont mobilisées !
Super-Rebelle, c’est un faux-vrai candidat en campagne. Il en a les tics, le vocabulaire, les effets de manche. Excellent observateur de la vie politique, Alévêque croque avec talent les travers des vrais candidats. A qui il ne réserve d’ailleurs pas la même dose de fiel. Ses principales victimes : Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen. François Hollande et Jean-Luc Mélenchon sont, eux, tout juste égratignés.

Show piquant

Derrière lui, quatre musicien-comédiens contribuent à l’ambiance déjantée qui règne sur scène. Ce super-rebelle rappelle les grandes années de Font et Val, pour l’absence de tabous, l’impertinence absolue, et… les blagues en dessous de la ceinture. Mais aussi François Rollin et Tchouk Tchouk Nougah pour les envolées lyriques et le goût du non-sens. Ou encore, le Guy Bedos des années 80-90, pour la capacité à improviser quotidiennement lors de la revue de presse. 

Allez, on le reconnaît tout net : Alévêque est à la hauteur de tous ces grands noms de l'humour. Et il gagne ici un pari risqué. Beaucoup, notamment dans le métier, doutaient de la pertinence et du souffle de cette candidature pour rire. Et bien, ça tient la route. Mieux que ça, c’est très souvent désopilant. Seules les quelques chansons, un cran en dessous, ralentissent un peu le rythme de ce show piquant.

Près de deux heures à parler de politique, tout en nous faisant rire… Il fallait toute l’énergie et le talent d’Alévêque pour y parvenir.


Christophe Alévêque – « Super Rebelle et candidat libre » 
jusqu’au 6 mai – 21h dimanche, 18h30 relâche les lundis et le mardi 1er mai
Théâtre du Rond-Point 2bis, avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris métro Franklin D. Roosevelt 

Le spectacle a été diffusé sur FRANCE 4 le 13 avril. Vous pouvez le revoir sur PLUZ.FR