"Ceux qui errent ne se trompent pas" de Maëlle Poésy : et si le vote blanc atteignait 83% ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/11/2016 à 10H07
"Ceux qui errent..." au théâtre Gymnase de Marseille

"Ceux qui errent..." au théâtre Gymnase de Marseille

© France 3 / Culturebox

"Ceux qui errent ne se trompent pas", de Maëlle Poésy et Kevin Keiss, est en tournée en France. Cette pièce de théâtre imagine les réactions du personnel politique au soir d'une élection qui a vu 83% des électeurs voter blanc. Une situation exploitée avec humour mais qui ne cache pas les tentations totalitaires des élus de notre démocratie. Réflexion utile.

C'est soit de la politique-fiction... soit une uchronie. Selon qu'on est optimiste ou pessimiste. Politique fiction : cela pourrait arriver demain. Uchronie, ce n'est jamais arrivé mais imaginons qu'en... 2012, par exemple, les électeurs aient choisi de voter blanc à l'écrasante majorité de 83% ! Que se serait-il passé ? Cette situation inédite aurait mis (ou mettrait) en péril toute l'organisation politique. De quelle légitimité les élus pourraient-ils se prévaloir, eux qui, dans la réalité ne repésentent déjà qu'une minorité des citoyens ? Quelles tentations seraient les leur pour conserver pouvoir et prérogatives ? A partir de quel pourentage la démocratie cesserait-elle d'être?

C'est à toutes ces questions que la pièce "Ceux qui errent ne se trompent pas" répond, tente de répondre ou ne répond pas. Les auteurs, Maëlle Poésy et Kevin Keiss, montrent la panique des classes dirigeantes face à l'irruption de cette "peste blanche". Intéressante contribution à la réflexion citoyenne en ces heures de grandes incertitudes politique. La pièce avait été représentée avec succès au dernier festival d'Avignon. 

Reportage : J. Bertolotti / M. Karouche / S. Baix
Le texte de la pièce est publié aux éditions Actes Sud

La couverture du livre "Ceux qui errent ne se trompent pas"

La couverture du livre "Ceux qui errent ne se trompent pas"

© Actes Sud