Ce samedi, Michel Bouquet fait ses adieux à la scène. À moins que...

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/05/2014 à 17H51
"Le roi se meurt" avec Michel Bouquet au théâtre Hébertot

"Le roi se meurt" avec Michel Bouquet au théâtre Hébertot

© Photo Lot

Samedi 10 mai, Michel Bouquet jouera pour la dernière fois "Le Roi se meurt" de Ionesco, son rôle fétiche qu'il interprète depuis vingt ans et qui lui a valu le Molière du meilleur comédien en 2005. À 88 ans, le comédien, qui se sent désormais trop âgé pour le théâtre, se consacrera à des projets au cinéma. Une page se tourne.

C'est le portrait existentiel de Bérenger 1er, un roi qui est en train de mourir et qui s'accroche à la vie. Alors que les éléments du décor qui l'entoure sont le signe du délabrement qui le gagne, lui ne comprend pas ce qui se passe, ni pourquoi son pouvoir lui échappe. Tout roi qu'il est, il va disparaître comme s'il était n'importe lequel de ses sujets.
"Le roi se meurt" de Ionesco, extrait
Les deux femmes qui l'accompagnent au crépuscule de sa vie ont deux attitudes radicalement différentes. Il y a d'un côté la jeune reine qui entretient le roi dans l'idée qu'il est immortel et, de l'autre, la première épouse qui l'incite à affronter, à se comporter dignement : "Tu vas mourir dans une heure et demie, tu vas mourir à la fin du spectacle", lance d'emblée à son époux la Reine Marguerite, alias Juliette Carré, la femme de Michel Bouquet dans la vraie vie.
 Michel Bouquet et Juliette Carré

 Michel Bouquet et Juliette Carré

© Photo Lot
Dans ce rôle de roi déchu qui a passé sa vie à courir de fêtes en guerres pour oublier la mort, Bouquet déploie son art avec une humanité superbe.

Mais à 88 ans, fatigué, l'immense comédien joue moins qu'il y a encore cinq ans, le contraste entre le roi capricieux et un peu enfantin qui se rebelle au début de la pièce et le vieil homme qui finit par rendre les armes. Ce n'est plus du théâtre, c'est la vie même qui se joue sous nos yeux et c'est ce qui fait la beauté et le léger malaise de la représentation.
Un rôle perfectionné pendant 20 ans

Un rôle perfectionné pendant 20 ans

© Photo Lot
Dans la salle, le public, venu tout spécialement pour le voir, applaudit à tout rompre cette légende vivante de la scène. Et lorsque Michel Bouquet regagne les coulisses guidé comme un enfant par son épouse, on a soudain le cœur serré.

Renseignements pris auprès de ses proches, malgré sa décision irrévocable, Michel Bouquet n'exclut pas, "si un projet magnifique se présentait", de remonter sur les planches malgré sa fatigue. Quand on est un si grand comédien, on ne peut renoncer à la magie de la scène. Et personne ne s'en plaindra.

"Le Roi se meurt", Dernière irrévocable le 10 mai 2014
Théâtre Hébertot, Paris XVIIe
Réservation : 01 43 87 23 23