Avec "Naz", Ricardo Montserrat explore la violence des mouvements identitaires

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/03/2010 à 11H31
Avec "Naz", Ricardo Montserrat explore la violence des mouvements identitaires

Avec "Naz", Ricardo Montserrat explore la violence des mouvements identitaires

© Culturebox

"Naz", c'est le titre d'une pièce écrite par Ricardo Montserrat, mise en scène par Christophe Moyer et interprétée par Henri Botte. Une pièce difficile qui met en lumière, à partir de témoignages de jeunes du Nord-Pas-de-calais, la fascination croissante des idées néo-nazies sur une population en manque de repères. La pièce, qui va tourner dans les lycées du Nord-Pas-de-Calais, sera jouée le 1er mai 2010 lors du salon du livre d'Arras.

La création de cette pièce s'appuie sur un travail de fond qui a commencé dès 2007/2008. A cette époque, Culture Commune (un regroupement de communes en faveur de la culture) passe une commande d'écriture à l'auteur Ricardo Montserrat qui débute alors une série de résidences sur l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais. C'est là qu'il rencontre des membres de mouvements extrémistes et va recueillir leurs témoignages. Face aux problèmes et aux questions difficiles mais primordiales que soulèvent ces paroles, décision est prise de se servir de ce matériau pour créer un spectacle. Le choix de la mise en scène se porte sur Christophe Moyer, originaire de la région et du comédien, Henri Botte, qui sera seul en scène pour représenter ces multiples visages de la violence. Durant le processus de création, la pièce a été présentée à de petits groupes de spectateurs, afin d'échanger et d'aider le public à prendre le recul nécessaire sur le personnage et ses propos. Des propos qui peuvent choquer mais qui peuvent se banaliser à tel point qu'on éprouve de l'empathie pour celui qui les tient. C'est aussi la raison pour laquelle chaque représentation de "Naz" est systématiquement suivie d'un débat.


Voir aussi sur Culturebox
> La vidéo de la Fabrique de Violence
> Toute vérité, une pièce sur la violence entre un père et un fils
>
Roberto Zucco de Koltes