Avec "L'intrus", Claude Rich conclut un pacte

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/10/2011 à 10H50
Avec "L'intrus", Claude Rich conclut un pacte

Avec "L'intrus", Claude Rich conclut un pacte

© Culturebox

Depuis le 8 septembre 2011, Claude Rich est à l'affiche de "L'intrus" d'Antoine Rault, à la Comédie des Champs Elysées à Paris. Il partage notamment la scène avec sa fille Delphine Rich. Dans cette comédie existentielle où il campe un scientifique vieillissant hanté par la présence d'un jeune homme qui lui propose un pacte diabolique : sa vie contre quelques instants de bonheur.

Antoine Rault est né en 1965 à Paris.
Bien que ni son milieu ni ses études ne le destinent à priori aux planches, il monte dans son lycée un groupe de théâtre amateur, il réalise un court-métrage dans le cadre d'un concours scolaire et écrit de la poésie, des nouvelles et une pièce de théâtre que la comédienne Madeleine Barbulée lui suggère de soumettre à Jean Anouilh qu'il admire beaucoup.
Entre temps, il réussit à faire diffuser cette première pièce "Déjanire" sur France Culture ainsi qu'une autre sur France Inter, "Le chant des Cygnes".
Anouilh, alors à la fin de sa vie,  finit par lui écrire et même par le recevoir chez lui, l'encourageant dans ses débuts de dramaturge.
Antoine Rault parvient ensuite à faire monter en 1989 une comédie sur Louis XVI intitulée "La première tête". L'accueil critique est excellent, toutefois il lui faudra attendre 2006, soit plus de quinze ans après, pour réussir à voir sur les planches une autre de ses oeuvres, ce sera "Le Caïman" avec Claude Rich. Un spectacle mettant en scène le philosophe Louis Althusser (qui étrangla son épouse) monté au théâtre Montparnasse. Cette fois, la pièce est un franc succès, elle est nominée cinq fois aux Molières et Rault reçoit le Grand Prix de l'Académie Française.
En 2008, une nouvelle association avec Claude Rich et le théâtre Montparnasse se révèle tout aussi fructueuse. C'est "Le Diable rouge", le portrait cynique d'un cardinal Mazarin vieillissant et retors dont les manigances trouvent un écho dans la politique contemporaine. La pièce est nominée aux Globes de Cristal, puis aux Molières, elle en obtiendra d'ailleurs deux.
Rault écrit ensuite un monologue "La vie sinon rien" puis "Le démon de Hannah" sur la relation amoureuse entre le philosophe Heidegger, supporter d'Hitler et son élève et maîtresse, Hannah Arendt, juive, grande figure intellectuelle et auteur d'un ouvrage majeur sur le totalitarisme.
Enfin, en 2010, Antoine Rault publie son premier roman " Je veux que tu m'aimes" aux éditions Albin Michel.