"Antigone of Shatila" revisité sur scène par 17 réfugiées syriennes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/01/2016 à 15H48
Répétition de "Antigone of Shatila" de Omar Abusaada / Festival "Les rencontres à l'échelle" 2016

Répétition de "Antigone of Shatila" de Omar Abusaada / Festival "Les rencontres à l'échelle" 2016

© France 3 / capture d'écran

17 réfugiées syriennes et palestiniennes montent sur scène les 29 et 30 janvier à la Friche La Belle de Mai de Marseille pour jouer en langue arabe "Antigone of Shatila". Une version revisitée de la tragédie de Sophocle qui fait inexorablement écho au parcours de chacune d'entre elles, aujourd'hui exilées au Liban.

Elles ont fui la guerre, elles ont vécu le pire, et c'est par le biais du théâtre que ces 17 femmes réfugiées au Liban ont décidé de le raconter, de l'exorciser. Une "analyse" proposée par le metteur en scène syrien Omar Abusaada, qui croit au pouvoir salvateur du théâtre. 
 
A travers le mythe d'Antigone, Fadwa, Mona, Intisar, Zarifa et les autres ont fondu leurs confidences dans le texte de Sophocle. La tragédie grecque résonne dans leur parcours de vie. D'abord en tant que femmes (elles ont lutté pour leur émancipation) puis en tant que Syriennes qui ont affronté un tyran mais aussi comme réfugiées qui refusent la ghettoisation, le dénuement ou la stigmatisation induits par leur statut d'exilées. 

Comme Antigone qui défie Créon, ces femmes réfugiées ont donc choisi la rébellion et la désobéissance, peu importent les conséquences. "Le texte d'Antigone parle surtout des personnages, des femmes qui résistent à la dictature et au pouvoir. C'est ce que vivent ces femmes en général" explique Omar Abussada, le metteur en scène, à l'initiative du projet.

Reportage : C. Pesci / R. Gasc / A. Despretz


Durant deux mois, dans les camps de Bourj al Barajneh, de Sabra et de Shatila au Liban, les 17 femmes réfugiées ont adhéré à cette démarche théâtrale qui leur a permis de tisser du lien social et culturel et de s'extraire de leurs conditions de vie précaires.
 

Elles avaient vraiment besoin de sortir de leur milieu, un peu tragique et trop difficile à mon avis. Elles avaient besoin de travailler et de se retrouver en tant que créatrices...cela leur a donné beaucoup d'espoir et de pouvoir aussi.

Hala Omran, coach des comédiennes


Avec cette pièce, ces femmes trouvent le moyen de dire au monde entier qu'elles sont bien vivantes et capables de prendre leurs destins en main. Une renaissance pour beaucoup d’entre elles.
 

Créé au théâtre Al-Madina à Beyrouth en mai 2015, "Antigone of Shatila" sera présentée pour la première fois en Europe à Marseille les 29 et 30 janvier dans le cadre du festival "Les rencontres à l'échelle". Les 1er et 2 février, la pièce sera jouée à Hambourg au Thalia Theater.
 
"Antigone of Shatila" 
spectacle en arabe surtitré en français
durée : env. 1h30
production déléguée : Les Bancs Publics
 
avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International, de la Ford foundation, de l'Office National de la Diffusion Artistique (ONDA) et de la Friche la Belle de Mai.