"Anna", rien que pour Gainsbourg et Cécile de France

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/09/2013 à 16H25
Cécile de France dans "Anna" © Giovanni Cittadini Cesi

Un vrai jour de Première au théâtre du Rond Point jeudi soir. Salle comble. L’affiche intrigue : Cécile de France chante, danse et joue dans une adaptation d’un téléfilm de 1967, chansons et musique de Serge Gainsbourg et texte de Jean-Loup Dabadie, s’il vous plait…

Cheveux sages, lunette rouges collant noir et grande chemise baba, Cécile de France alias Anna est une provinciale toute simple, qui trouve un petit boulot dans une agence de pub à Paris. Elle n’est pas franchement à l’aise au milieu de ces créatifs qui se la jouent.
 
Mais voilà que Serge, le patron de l’agence (qui ne la laisse pas insensible) tombe raide amoureux de la photo d’Anna prise lors d’un casting improvisé. Amoureux au point de ne pas se rendre compte que cette fille travaille dans son agence. S’en suit une course folle dans Paris pour la retrouver.
Fou d'une image © Giovanni Cittadini Cesi
 
"Gainsbourg écrit pour des actrices"
D’abord intimidé par ce projet chanté, Cécile de France a finalement dit oui « D’abord parce que Gainsbourg écrit pour des actrices et pas pour des grandes techniciennes du chant que je ne suis pas. Voilà comme Deneuve, Bardot, Adjani, Birkin je suis aussi une actrice et je pense qu’il est plus intéressé par la fantaisie et l’imaginaire qu’on peut amener, que par une perfection vocale ».
 
Et dès qu’elle entonne « Sous le soleil exactement » (le grand tube d’Anna), elle convainc. Juste, sensuelle, touchante…  Reste que la première moitié du spectacle manque de punch, de liant, mis à part quelques jolies trouvailles : comme ce Paris qui apparait sur une succession panneaux à roulettes ou ce regard juste sorti du pinceau de Serge.
Serge © Giovanni Cittadini Cesi
 
Mais au moment où l’on serait tenté de décrocher, Cécile de France se déchaine avec un charme fou sur « Roller Girl ». On raccroche alors pour des duos entre Cécile de France et Grégoire Monsaingeon, un Serge honorable. « Vous êtes fou et c’est épatant, moi je suis sage et c’est embétant », avoue Anna.
Cécile de France dans "Anna", mise en scène d'Emmanuel Daumas

Cécile de France dans "Anna", mise en scène d'Emmanuel Daumas

© Giovanni Cittadini Cesi
 
Le metteur en scène Emmanuel Daumas, qui a convoqué quatre bons musiciens et une bande d’anciens copains de l’école de la rue Blanche où il a rencontré Cécile de France, nous donne parfois le sentiment d’assister à un sympathique spectacle de fin d’année.
 
Manque cette liberté, ce souffle nouvelle vague du film tourné dans les rues de Paris autour d’Anna Karina et Jean-Claude Brialy. A un détail près, la musique, éternelle et exquise de Gainsbourg, que Cécile de France assume délicieusement.

Reportage : D.Poncet, M.Benito, L.Crouzillac, C.Beauvalet
« Anna », Théâtre musical pop au Théâtre du Rond-Point
Du 5 septembre au 6 octobre 2013 à 21 heures, dimanche à 18h30 (1h30)
2 bis avenue Franklin Roosevelt Paris VIII
Réservation : 01 44 95 98 21

 
Projection du film "Anna" et rencontre débat avec l'équipe du spectacle
Lundi 23 septembre à 20h30 au cinéma Le Balzac