"Angelo, tyran de Padoue", amour, pouvoir et vidéo au Théâtre National de Nice

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/01/2014 à 18H13
Une mise en scène qui intègre largement la vidéo pour créer un univers oppressant

Une mise en scène qui intègre largement la vidéo pour créer un univers oppressant

© France 3 Culturebox

Amour, politique, pouvoir, limite entre sphère privée et publique…Autant de thèmes très actuels abordés par Victor Hugo dans « Angelo, tyran de Padoue », une pièce écrite en 1835. Paulo Correia la met en scène au Théâtre National de Nice jusqu’au 17 janvier, en utilisant un jeu sophistiqué de caméras pour évoquer le climat de manipulations et d’espionnage qui baigne la pièce.

Reportage : Anne Le Hars, Jean-Christophe Routhier, Pascale Pauron
Drame en prose signé Victor Hugo, « Angelo, tyran de Padoue » a été joué pour la première fois au Théâtre Français à Paris le 28 avril 1835. L’action se situe dans l’Italie ancienne, où Angelo Malipieri gouverne Padoue. Le Conseil des Dix de Venise fait régner une forme de terreur en encourageant l’espionnage, la délation et la manipulation.

Au cœur de ce contexte politique, plusieurs intrigues amoureuses. Angelo est marié à Catarina Bragidini. Sans l’aimer, il la soustrait pourtant aux yeux du monde.
Mais Angelo a aussi pour maîtresse Tisbé. En marge de sa liaison avec lui, cette dernière a un amant, Rodolfo. Ensemble, ils se font passer pour frère et sœur. Mais là aussi, cet amour est en partie factice car Rodolfo est amoureux de Catarina. Tout comme Homodéi… Au-delà du chassé croisé amoureux, Victor Hugo évoque le pouvoir, celui des hommes mais aussi et surtout celui des femmes qui savent avancer et faire front face à la violence des hommes.

"Angelo, tyran de Padoue" de Victor Hugo, mise en scène Paulo Correia avec la Compagnie Collectif 8 au Théâtre  National de Nice, jusqu'au vendredi 17 janvier