A Montpellier, le Festival "Hybrides" débride l'art dramatique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/04/2009 à 10H28
A Montpellier, le Festival "Hybrides" débride l'art dramatique

A Montpellier, le Festival "Hybrides" débride l'art dramatique

© Culturebox

Pour sa première édition, le festival "Hybrides" se déplace dans différents lieux de Montpellier du 30 mars au 3 avril 2009.

La Fusion, un procédé artistique bien connu des musiciens, que la compagnie
"Adesso e sempre" a voulu mettre en scène à l'occasion de sa résidence artistique au Théâtre des Treize vents ( Centre dramatique national de Montpellier-Languedoc-Roussillon). Le festival "Hybrides" entend proposer des
formes de spectacle où le texte n'est plus la pierre angulaire de l'intervention, mais l'une de ses composantes au même titre que l'image, la musique, la danse, le cirque, les arts numériques...
Si ces fusions artistiques offrent une source inépuisable de créativité, et n'effraient désormais plus le spectateur, tel ne fût pas toujours le cas. L'un des premiers artisans de cette fusion à partir de l'art dramatique n'est autre que Molière, l'inventeur de la Comédie-ballet. Un style qui voit le jour avec "Les Fâcheux" présenté au château deVaux-Le-Vicomte en août 1961, lors d'une grande fête donnée par le surintendant Fouquet en l'honneur du jeune Roi
Louis XIV. Molière tenta de justifier historiquement son audace en faisant référence aux spectacles de l'Antiquité ou aux intermèdes musicaux de la Comedia dell' Arte, mais les raisons de sa création furent sans doute plus prosaïques. Son ballet et ses danseurs manquaient de hauteur ; pour la circonstance, il décida donc dans l'urgence d'associer les deux styles en dépit des règles de l'époque. Le jeune Roi apprécia ce genre fantasque et fît de la Comédie-Ballet l'un des styles marquants de son règne. "Le Bourgeois gentilhomme" et "le Médecin malgré lui" sont deux des chefs d'oeuvres du genre écrit par Molière, auquel la "Comédie-Ballet" ne survivra pas.

On découvre dans ce reportage le travail
->de la compagnie Moebius MXM
->d'Enrico Casagrande   et son spectacle Kawenga