Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Snoopy reprend du poil de la bête sur France 3 grâce à un studio d'Angoulême

Publié le 13/06/2014 à 16H07, mis à jour le 13/06/2014 à 17H16
Un studio angoumoisin va faire revivre sur France 3 la série culte, créée en 1950 par Martin Shulz

Un studio angoumoisin va faire revivre sur France 3 la série culte, créée en 1950 par Martin Shulz

© Peanuts Worldwide LLC

Les Américains doivent être fous de jalousie. Un studio basé à Angoulême a en effet décroché la réalisation d’une nouvelle série d’animation autour de « Snoopy » (« Peanuts »), un des personnages les plus célèbres de la BD, créé dans les années 50 par Charles Shulz. Actuellement en fabrication, la diffusion des 500 épisodes commencera à l’automne sur France 3.

Reportage : D. Laveau / J. Delage / G. Delage / M. Coudrin


C’est en octobre 1950 que l’Américain Martin Shulz a commencé à dessiner quotidiennement et sans aucune interruption (jusqu’en 2000...il est mort en février de la même année) le comic trip « Peanuts ». Cette série, connue aussi sous le nom de Snoopy ou Snoopy et les Peanuts, était basée sur un principe simple : en quatre cases, le dessinateur racontait les aventures de Snoopy, un beagle aux longues oreilles, et d’une bande de gamins emmenée par Charlie Brown, un garçon timide et maladroit. Au total, Shulz réalisa 17 897 strips dont 2506 pages du dimanche ! Une production effarante diffusée dans près de 2600 journaux à travers le monde.

Extrait Snoopy
© Peanuts Worldwide LLC

C’est dans cette mine d’or graphique que le studio Normaal va puiser pour produire les 500 épisodes de  la nouvelle série télé Snoopy. D’autres avaient déjà vu le jour dans les années 70 mais il s’agissait d’histoires originales inspirées de l’univers de Shulz. Cette fois, on est face à une véritable adaptation, validée par la veuve du dessinateur. Cette dernière était présente en 2011, au festival BD d’Angoulême, à l’occasion de la rétrospective consacrée à son mari.

Le respect du trait originel

C’est là que les responsables de Noormal lui ont proposé de faire une adaptation de Snoopy-Peanuts. Ce qui a joué en leur faveur ? Le travail déjà accompli pour Gaston Lagaffe où le studio avait respecté à la lettre le trait de Franquin. Cinq épisodes pilote d'une minute trente ont achevé de convaincre les ayants-droits de Shulz. Et c'est au MIP à Cannes que l'accord final entre Peanuts Worldwide, Normaal et France Télévisions a été signé.

Extrait Snoopy 2
© Peanuts Worldwide LLC

Pour Noormal, créée en 2002 et basé depuis 2009 à Angoulême, c’est une superbe carte de visite. Une version en anglais de la série télé devrait voir le jour. Et avec elle, la possibilité de vendre la série à l’étranger. De quoi friser le bonheur ? Voilà comment Charles Shulz le traduisait dans Snoopy : « Le bonheur, c’est un plat de frites supplémentaires ». 

Et pour le plaisir, en voici une autre : « Hier, j’étais un chien. Aujourd’hui, je suis un chien. Demain, je serai probablement toujours un chien. Bon sang ! Il est vraiment difficile d’obtenir de l’avancement !  »