Le grand bijoutier orfèvre Robert Goossens est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/01/2016 à 11H23, publié le 13/01/2016 à 11H18
Robert Goossens en 2003.

Robert Goossens en 2003.

© MEIGNEUX/SIPA

Le grand bijoutier orfèvre Robert Goossens est mort le 7 janvier à 88 ans. Fondateur de la maison Goossens en 1950, il a tout au long de sa carrière autant créé ses propres bijoux et objets décoratifs que réalisé les parures des grands couturiers comme Coco Chanel, Yves Saint Laurent, Christian Dior ou Elsa Schiaparelli.

Robert Goossens naît en 1927 à Paris, d'un père fondeur de bronze et d'une mère employée dans un théâtre. Dès 1950, il crée la Maison Goossens qui dès le début se dédiera aussi bien à la réalisation de ses propres bijoux qu'à celle des grandes parures signées par les couturiers célèbres.
Livre "Maison Goossens" © La Martinière
Comme son père, c'est un artisan avant tout, exigeant, génial technicien. Mais c'est aussi un curieux, passionné d'art, s'inspirant de l’Antiquité et de l’art byzantin autant que des tendances contemporaines pour dessinées ses orfèvreries et ses bijoux de Haute Couture.

La rencontre fondatrice avec Coco Chanel

Ses débuts dans la mode ont lieu avec la rencontre de Gabrielle (Coco) Chanel avec laquelle va naître une collaboration plus que fructueuse avec des collections célèbres mêlant virtuosité technique et imagination, couleur et volume, innovation et classicisme. C'est d'ailleurs après avoir restauré une croix appartenant à Coco Chanel que le cristal de roche est devenu sa matière de prédilection. D'autres thèmes lui sont également chers : le bronze doré, les branches de corail, les gerbes de blé…
L'orfèvrerie artisanale de la Maison Goossens aujourd'hui, conforme aux traditions transmises par Robert Goossens.

L'orfèvrerie artisanale de la Maison Goossens aujourd'hui, conforme aux traditions transmises par Robert Goossens.

© PATRICE THEBAULT / ONLY FRANCE
Avec Chanel, beaucoup d'autres créateurs font appel à la Maison Goossens, séduits par l'esthétique tour à tour baroque, surréaliste, pop ou antique : Cristobal Balenciaga, Madame Grès, Yves Saint Laurent (qui lui confie dès 1976 et pendant une trentaine d’années la création de ses bijoux), Dior, Schiaparelli, Scherrer, Givenchy, Mugler, Lacroix…

Surnommé "Monsieur bijou", Robert Goossens avait ouvert en 1974 sa propre  boutique, avenue George V à Paris, dans laquelle il donnait libre cours à sa  créativité : chaînes d'or entremêlées, rivières de cabochons sertis, clairs ou colorés, larges manchettes de bronze martelé, joncs de résine empierrés, croix byzantines…
Dans les ateliers de la Maison Goossens, le spécialiste du bijou et de l'orfèvrerie.

Dans les ateliers de la Maison Goossens, le spécialiste du bijou et de l'orfèvrerie.

© Corinne Jeammet
A la fin des années 70 Robert Goossens transmet à son fils Patrick, alors âgé de 20 ans les secrets de son savoir-faire. L'atelier est racheté en 2005 par la maison Chanel, mais sa direction est toujours confiée à ses enfants, Patrick et Martine Goossens.