Géraldine Matthey cultive la "thérapie textile" avec ses foulards anti-stress

Par @CocoJeammet Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 27/02/2016 à 16H34, publié le 23/02/2016 à 10H43
La créatrice Géraldine Matthey à la galerie Joyce à Paris, février 2016

La créatrice Géraldine Matthey à la galerie Joyce à Paris, février 2016

© Corinne Jeammet

Pour son exposition "Jungle Touch", le Village des Créateurs invite des marques montantes lyonnaises dont deux ont retenu mon attention. Convaincue des bienfaits des Fleurs de Bach, Géraldine Matthey imagine un concept textile nouvelle génération intégrant cette thérapie florale tandis que Andrea Vaggione réalise des bijoux-fleurs en argent, épurés et minimalistes, qui reflètent force et fragilité

Un lien fort rassemble ces créations : la nature. Détournée, revisitée, suggérée, les marques s’en inspirent par une forme, une couleur, un imprimé, une matière. Laissant libre cours à leur sensibilité respective, chacune explore les richesses que cette source d’inspiration infinie leur offre. En clin d’oeil à cette nature, "Jungle Touch" prend place dans un décor de motifs végétaux luxuriants et exubérants.

Les textiles anti-stress de Géraldine Matthey

Les foulards Emotis de la créatrice Géraldine Matthey, à la galerie Joyce à Paris, février 2016. 

Les foulards Emotis de la créatrice Géraldine Matthey, à la galerie Joyce à Paris, février 2016. 

© Corinne Jeammet
Convaincue depuis toujours des bienfaits des Fleurs de Bach, Géraldine Matthey imagine un concept textile nouvelle génération intégrant cette thérapie florale. Rencontre avec une créatrice, souriante et relax, et découverte de ses textiles apaisants et réconfortants qui rétablissent l'équilibre émotionnel. Les Fleurs de Bach aident à éliminer les tensions morales, à surmonter les états d’esprit négatifs, à faciliter la communication, à trouver la sérénité comme l'explique Géraldine Matthey : "C'est un concept qui est basé avant tout sur le bien-être du corps et de l'esprit. Pour cela, j'ai travaillé avec des principes actifs que sont les Fleurs de Bach. Ce sont des élixirs créés par un médecin anglais dans les années 30. Il a découvert le pouvoir énergétique des plantes et il a créé un catalogue de 38 fleurs différentes et une composition très connue qui se nomme Rescue".

Comment est né Emotis ?
"Pour donner une autre dimension à mon métier et à mon savoir-faire, j'avais envie de créer une alliance entre les principes actifs de ces Fleurs de Bach et le textile. Je me suis orientée vers l'accessoire de mode et de décoration, pour qu'il y ait un contact corps-textile. Si, c'est avant tout mon métier, je ne pouvais plus, en effet, continuer à créer des collections pour la décoration et l'ameublement. J'ai travaillé en collaboration avec un laboratoire qui a micro-encapsulé les essences mères des Fleurs de Bach, ce qui a donné une solution liquide. Les tissus sont placés en plein bain pour être complètement imprégnés de ces micro-capsules. Le tout est séché dans un four à haute température pour une bonne fixation sur la fibre. Puis, après c'est de l'impression, de la conception classique pour de l'accessoire de mode".C'est en quelle sorte une thérapie textile ?
"Oui. Quand vous êtes en contact avec ce textile, les micro-capsules éclatent et libèrent les principes actifs des Fleurs de Bach. Ainsi, quand vous portez une étole, quand vous posez votre tête sur un cousin, les bienfaits actifs vous procurent un apaisement".
"J'utilise essentiellement de la laine, de la soie et du cachemire mais tous les textiles sont possibles. Ce sont des matières naturelles mais j'aimerais aussi travailler le coton bio mais c'est plus compliqué pour l'instant. Je les décline sur des foulards, des carrés de soie, des étoles, des plaids et des coussins proposés dans un voile ultra léger. Le tour du cou peut ainsi se porter au poignet comme un bracelet. Pour les imprimés, j'ai opté pour des couleurs douces qui participent à l'apaisement. Elles me sont inspirées de mon amour pour la nature et l'Asie".
L'imprimé d'un coussin Emotis de la créatrice Géraldine Matthey, février 2016

L'imprimé d'un coussin Emotis de la créatrice Géraldine Matthey, février 2016

© Corinne Jeammet
Quels sont les difficultés rencontrées ?
"Aujourd'hui, le laboratoire préconise une durabilité des bienfaits des Fleurs de Bach pour une vingtaine de lavage. Ensuite, il faut pulvériser les textiles avec un spray pour prolonger leurs bienfaits".

Les bijoux fleurs d'Andrea Vaggione

Autre coup de cœur, la créatrice d'origine argentine, Andrea Vaggione. Elle découvre en 2001 le monde du bijou contemporain à Córdoba, sa ville natale. Elle remporte en 2012 le 1er prix du concours Talents de Mode et s'installe à Lyon au Village des Créateurs. Ses créations sont une rencontre entre le geste de l’artisan, l’art et le design. Un travail délicat et raffiné, inspiré par la botanique et les végétaux, s’articulant autour des notions de la transformation permanente, du mouvement perpétuel, de la naissance et la renaissance.
Les bagues de la créatrice Andrea Vaggione, à la Joyce galerie à Paris, février 2016 

Les bagues de la créatrice Andrea Vaggione, à la Joyce galerie à Paris, février 2016 

© Corinne Jeammet
Son travail est une étude sur les schémas de la nature, de ses proportions et de ses inflorescences. C'est une réflexion sur la nature et les fleurs comme un symbole de continuité. Les fleurs nous rappellent que nous pouvons toujours recommencer, renaître, réinventer. L'argent est le matériau qu'elle travaille en force et en subtilité, en utilisant à la fois des techniques ancestrales (manuelles) et des procédés innovants faisant appel à des technologies contemporaines.
Les bijoux-fleurs de la créatrice Andrea Vaggione, à la galerie Joyce à Paris, février 2016 

Les bijoux-fleurs de la créatrice Andrea Vaggione, à la galerie Joyce à Paris, février 2016 

© Corinne Jeammet

Le Village des Créateurs accompagne les jeunes talents

Le Village des Créateurs accompagne le développement des marques mode, déco et design objet de la région Rhône-Alpes. Depuis 2001, il apporte conseils, expertises et mise en réseaux aux créateurs et designers qui se lancent. Son action s’articule autour de la gestion de la pépinière d’entreprises installées Passage Thiaffait à Lyon, accueillant en résidence pendant 2 ans, créateurs et designers. Son but : développement économique des entreprises adhérentes de la région Rhône-Alpe, mise à disposition d'accompagnements personnalisés, de services, de conseils, de formations et mise en lumière des jeunes marques émergentes. Depuis 2007, le VDC est à l’origine du concours Talents de Mode destiné à révéler de jeunes créateurs.

Exposition "Jungle Touch" jusqu'au 27 février 2016. Joyce Gallery. 168, Galerie de Valois. Jardin du Palais Royal. 75001 Paris.