Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Des Parisiens entrent en guerre contre le projet de tour Triangle

Publié le 15/09/2013 à 15H40, mis à jour le 15/09/2013 à 16H45
Vue du projet de la tour Triangle par les architectes Herzog et Demeuron

Vue du projet de la tour Triangle par les architectes Herzog et Demeuron

© Herzog et Demeuron

Quarante ans après la polémique sur la tour Montparnasse, synonyme de pollution visuelle au coeur de Paris, des Parisiens s'organisent pour livrer une nouvelle bataille contre une autre tour dans la capitale française: la tour Triangle qui devrait culminer à 180 m.

La tour Montparnasse, dont la vue panoramique de Paris attire un million de touristes par an, vient de fêter ses 40 ans dans l'angoisse: les autorités la menacent d'ordonner une évacuation si des mesures urgentes ne sont pas prises pour "supprimer le risque d'exposition" à l'amiante des 5.000 personnes qui y travaillent.
Une société, Amundi, a décidé d'évacuer ses 300 salariés. Des travaux de désamiantage menés pourtant depuis 2005 pour un coût de 250 millions d'euros semblent incapables de réduire le risque d'exposition.
Les défenseurs du patrimoine y voient la preuve du "cadeau empoisonné" que constituerait la tour Triangle. Paris avait limité les hauteurs à 37 m au lendemain de la polémique sur cette tour de 210 m qui a bouleversé le paysage de la ville haussmannienne et le caractère du quartier de Montparnasse, dont le coeur a été vidé et les anciens ateliers d'artiste rasés pour faire place à un centre commercial.

Manifestation parisienne contre le projet de tour
Manifestation parisienne contre le projet de tour © Monts 14

 

Intérêt général?
Mais, en 2010, la ville a autorisé des immeubles d'habitation de 50 m et des tours de bureaux de 180 m dans des quartiers situés à la périphérie de la capitale. Et cet été, en juillet, citant "l'intérêt général", elle a autorisé la tour Triangle dans l'enceinte du Parc des Expositions, à la Porte de Versailles.
 
"Nous allons nous attacher à démontrer que c'est illégal", a dit à l'AFP Bertrand Sauzay, président d'Adahpe, l'Association pour le développement et l'aménagement harmonieux du Parc des expositions, qui mène la bataille aux côtés d'autres associations
comme Monts14 ou le Collectif contre la tour Triangle. "Il n'y a pas d'intérêt général, puisqu'il s'agit d'une tour de bureaux qui seront occupés par une société
privée ", ajoute-t-il.
La première adjointe du maire PS de Paris, Anne Hidalgo, qui brigue la succession du maire Bertrand Delanoë en 2014, défend, elle, les projet de la tour Triangle, signée par les Suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron, et aussi le projet "Duo" (180 m et 115 m) de Jean Nouvel dans le XIIIe arrondissement ou la construction du Tribunal de Grande Instance (160 m) dans le XVIIe...
 
Le fait que les Parisiens demeurent opposés aux tours dans Paris, à 62% selon un sondage BVA de mai, ne semble pas l'inquiéter : "On ne transforme pas Paris sans engendrer de grandes controverses", dit-elle. A six mois des élections municipales, cette nouvelle polémique se politise: la rivale de Mme Hidalgo dans la course à la mairie de Paris, l'ex-ministre UMP Nathalie Kosciusko Morizet a pris position contre la tour Triangle, rappelant que la tour Montparnasse est "le monument le plus détesté de tous les Parisiens".

Tous les autres partis sont contre la tour Triangle, à l'exception du parti communiste. L'illustre architecte Norman Foster, qui a pourtant construit plusieurs tours, dont le fameux "Cornichon" dans la City à Londres, s'élève contre une aberration
dans Paris. "Je ne vois pas en quoi Paris aurait besoin de gratte-ciel", a-t-il dit récemment.
 
Autre argument: entourer la capitale de tours de 160 à 180 m de hauteur, n'est-ce pas le couper définitivement de sa banlieue, au moment où l'on veut faire le Grand Paris ?
"On veut faire de Paris un château fort hérissé de tours, alors qu'il faudrait au contraire relier la ville à ses faubourgs ", dit à l'AFP le président de la Fondation pour l'architecture, basée à Bruxelles, l'architecte Maurice Culot.
 
Dans un forum sur internet, le président de l'Association Monts14, Patrice Maire, fait valoir que la tour Triangle "se verrait depuis les berges de la Seine, pourtant classées au patrimoine mondial de l'Unesco". SOS Paris en a saisi cette organisation internationale.
(AFP)