Stradivarius, un mythe qui joue sur la corde sensible

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 19/04/2010 à 10H33
Stradivarius, un mythe qui joue sur la corde sensible

Stradivarius, un mythe qui joue sur la corde sensible

© Culturebox

Depuis plus de 2 siècles, le son unique des fameux Stradivarius, fascine tant les musiciens que les luthiers. On estime qu'il ne reste plus que quelque 600 exemplaires de ce violon très recherché. Des chercheurs tentent d'expliquer la qualité exceptionnelle de ces instruments construits pour les meilleurs entre 1710 et 1725.

Antonio Stradivari est sans aucun doute le luthier le plus célèbre de l'histoire. Né en 1644 à Cremona en Italie, il y est décédé 93 ans plus tard, après avoir révolutionné l'art de la Lutherie. Elève de Niccolo Amati, dont les ancêtres ont inventé le violon, ou de Jean-Baptiste Ruggeri, selon des sources discordantes, Stradivari et ses instruments ont accompagné un tournant dans  l'histoire de la musique. Les Salles de concert devenant de plus en plus grandes, le luthier de génie a su donner à ses instruments une sonorité plus puissante en allongeant le corps de l'instrument et en abaissant ses voutes.


Selon un chercheur américain de l'université du Texas, la résonance magnétique nucléaire et la spectroscopie infrarouge auraient permis de mettre en évidence une oxydation des molécules du bois liée à l'emploi d'un pesticide de l'époque. D'après des climatologues, l'époque où vécut Stradivari fût précédée d'une mini-période glaciaire qui aurait donné aux arbres une croissance plus lente, offrant des bois moins denses et donc plus aptes à porter la résonance. 


Autres pistes, celle explorée par les mathématiciens qui estiment que Stradivari maîtrisait à la perfection les lois de Platon, et qu'il aurait découvert le chiffre d'or qui permet de fabriquer un violon parfait. Le vernis utilisé par le luthier a lui aussi fait couler beaucoup d'encre avant de s'avérer être un vernis des plus ordinaires. Mais ce qui reste le plus mystérieux sans doute à propos des Stradivarius, c'est leur fantastique notoriété au point même que l'instrument se confond parfois avec le nom même du luthier italien. En mai 2006, un stradivarius fabriqué 300 ans plus tôt a été vendu aux enchères plus de 3,2 millions de dollars, soit 2,7 millions d'euros. Le musicien français Antoine Tamestit s'est vu prêter par la Fondation Habisreutinger de Saint-Gall, en Suisse, le "Gustav Mahler" avec lequel il joue, un violon alto fabriqué en 1672 considéré comme l'instrument le plus cher au monde. Il a été estimé récemment à plus de 15 millions d'euros.

Le Musée Fabre de Montpellier a présenté au cours de l'été 2008 une exposition inédite de quinze instruments fabriqués par le célèbre luthier Antonio Stradivari. L'Orchestre National de Montpellier avait à cette occasion interprété une série de compositions, avec en mains une vingtaine de stradivarius, une grande première pour un orchestre français. 
   
-> Voir aussi sur Culturebox
->
Le musée de la Cité de la Musique