Un documentaire réjouissant sur Les Atelières et leur aventure du Made in France

Par @OlivierFlandin
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/01/2015 à 13H22
Muriel Pernin et l'une des ses plus jeune salariées

Muriel Pernin et l'une des ses plus jeune salariées

© PHOTOPQR/LE PROGRES/Philippe Juste

Jean-Marc Grefferat a suivi durant deux ans les péripéties des Atelières ex-Lejaby, dont le combat a été très médiatisé. Son film de 52 minutes est diffusé dès ce week-end sur France 3 Rhône-Alpes-Alpes-Auvergne puis lundi sur l'antenne nationale de France3.

Les documentaires réussis sont souvent ceux qui évoquent les questions les plus complexes de la manière en apparence la plus simple. Le film de Jean-Marc Grefferat écrit avec Fabienne Teftsian sur le combat et l’aventure au quotidien des Atelières de Villeurbanne (Rhône) va dans ce sens. Il nous invite dans l’intimité de décisions,  de discussions, de doutes, de rires et de larmes, à réaliser une partie de la réalité économique de notre pays.

Intime et collectif

Après la fermeture décidée par Lejaby  du dernier atelier industriel de lingerie haut de gamme de France, Nicole Mendez, syndicaliste, et Muriel Pernin, directrice d’une agence de communication décident de créer une entreprise coopérative avec une poignée de volontaires. C’est le début d’un grand espoir pour toute une équipe mais aussi d’une série d’importantes difficultés à surmonter.
Bande annonce du documentaire
Car c’est bien ici de la disparition d’un outil industriel dont il est question et des entraves pour le recréer dans "le  champ de ruine" du made in France. Ces combattant(e)s de la culotte de luxe et leur "warrior" en chef vont par exemple se retrouver dans l’impossibilité de recruter un mécanicien à mi-temps. Faute de volontaire formé en France, Muriel Pernin explique à son équipe qu’elle envisage de chercher la perle rare en Tunisie, où a été délocalisée une très  grande partie de la production textile française.

Mais ce chantier en cache un autre. Car il ne s’agit pas ici seulement de créer des emplois et de réparer des machines à coudre.

Les coeurs  de l'entreprise

Crise ou pas,  l’idée est aussi de travailler autrement, de mettre en place un vrai management participatif, de s'organiser ensemble, de faire confiance aux jeunes, de travailler sur la transmission des savoirs, et de montrer que l’innovation en entreprise n’est pas que technologique, qu’elle peut aussi constituer de véritables modèles sociaux, fragiles, mais vivants.
Nicole Mendez, syndicaliste devenue associée fondatrice des Atelières et deux salariées au travail

Nicole Mendez, syndicaliste devenue associée fondatrice des Atelières et deux salariées au travail

© PHOTOPQR/LE PROGRES/Philippe Juste
Ce film chaleureux et délicat raconte une histoire au fil d’événements qui se déroulent avec naturel et finesse, dans un rythme entraînant et souvent joyeux. On y croise même un ministre avec un caleçon à la main...

Loin des grands discours et des démonstrations théoriques, le film de Jean-Marc Grefferat nous montre comment la création d’entreprise est parfois un véritable sport de combat, comment on peut décider de mettre l’humain au coeur de l’économie, et au final,  au centre de ce documentaire qui donne une vision très positive et vivante du monde du travail. C’est même avec regret que l’on quitte ses protagonistes, au terme de 52 minutes d’une vraie rencontre, presque amicale.

Aujourd’hui, la bataille n’est pas gagnée pour autant et Les Atelières sont encore dans le terrible doute de la viabilité économique de leur entreprise. L’histoire n’est pas terminée...

"Les Atelières, une aventure du made in France" de Jean-Marc Grefferat et Fabienne Teftsian 

Documentaire de 52 min - Coproduction Les films du tambour de soie / France 3 Rhône-Alpes

Diffusion :
-France 3 Rhône-Alpes, Alpes et Auvergne samedi 17 janvier à 15h20, lundi 19 janvier à 8h50 et jeudi 2 février à 8h50
-France 3 National: lundi 19 janvier à 23h55
-Puis à revoir durant un mois sur le site internet  rhone-alpes.france3.fr