La mort de Jean-Christophe Averty, légende de la télévision et de la radio

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/03/2017 à 10H58, publié le 04/03/2017 à 15H04
Jean-Christophe Averty le 4 décembre 1992 à Paris, à une exposition présentant son travail

Jean-Christophe Averty le 4 décembre 1992 à Paris, à une exposition présentant son travail

© Gabriel Bouys / AFP

Auteur, réalisateur, producteur, mais aussi poète et musicien, Jean-Christophe Averty, figure de la télévision et de la radio françaises pour lesquelles il a signé plus de cinq cents émissions souvent novatrices, s'est éteint samedi à l'âge de 88 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

Né le 6 août 1928 à Paris, Jean-Christophe Averty a débuté à la Radio-télévision française (RTF) en 1952, au moment où le petit écran commençait à se faire une place dans les foyers... Ce petit écran, il l'a révolutionné dans les années 1960 et 1970 avec des créations iconoclastes, parfois sciemment provocatrices dans la France de De Gaulle puis de Pompidou, Giscard d'Estaing... Il y a un mois à peine, France 3 avait consacré un grand documentaire à ce promoteur de "l'art de l'imagination" en perpétuelle ébullition.

Reportage : M. Leclerc-Berrurier / D. Chaumont / O. Palomino / Archives / I. Palmer
Défenseur d'une télévision inventive et sortant des académismes, précurseur du clip, ses créations ont fait date dans l'utilisation de la vidéo, mettant en image de grands chanteurs comme Yves Montand, Gilbert Bécaud, Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg ou Juliette Gréco, dans des shows et documentaires qui portaient sa griffe reconnaissable entre toutes.
Yves Montand et Jean Christophe Averty pendant la préparation de l'émission "Montand de mon temps", en 1973

Yves Montand et Jean Christophe Averty pendant la préparation de l'émission "Montand de mon temps", en 1973

© Robert Picard / Ina / AFP
Jean-Christophe Averty a aussi reçu de grandes légendes du jazz comme le pianiste Bud Powell et le saxophoniste Sidney Bechet dans ses émissions consacrée à cette musique.

Revendiquant la double filiation de la pataphysique et du surréalisme, et défendant "un art de l'imagination", Jean-Christophe Averty s'est fait remarquer dans les années 60 avec "Les Raisins verts", une émission provocante, puis avec "Douches écossaises", "Au risque de vous déplaire" ou "Show effroi".

"Les Raisins verts" de Jean-Christophe Averty, une émission lancée en 1963 - INA

En 50 ans de carrière, Jean-Christophe Averty a pulvérisé codes et formats, proposant d'authentiques vidéoclips avant l'heure, adepte de l'humour, de la dérision et de la provocation. Son travail, salué en 1990 d'un 7 d'or d'honneur, révélait l'éclectisme de ce passionné qui a abordé tous les genres : fiction, variétés, peinture, shows, bande dessinée, jazz, mode, théâtre électronique, sport, cirque...

À la radio, Jean-Christophe Averty a animé durant près de trente ans sur France Inter, puis France Culture, l'émission "Les Cinglés du music-hall", véritable entreprise de réhabilitation du patrimoine de la chanson française. Sa voix, avec son célèbre zozotement, était reconnaissable d'un coup. "Les Cinglés du music-hall" est devenu une série télévisée en 1982.

En 2012, il a confié la gestion, la conservation et la sauvegarde des droits de l’ensemble de ses œuvres télévisuelles et radiophoniques à l'Ina, soit près d’un millier d’émissions télévisées.

Quand Jean-Christophe Averty racontait sa vision de la télévision...

Jean-Christophe Averty était un homme passionné, tout entier dans son travail", mais qui sut aussi transmettre sa passion pour les arts à ses trois enfants, a souligné son fils cadet Christophe, cité par l'AFP.

L'annonce de la mort de Jean-Christophe Averty a suscité de nombreuses réactions, révélant l'importance de son héritage. "Ma jeunesse devant ses folies... Furieusement drôle. Il avait fait de la télé un Art à part entière", a souligné Christophe Dechavanne sur Twitter.



Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !