Geluck : "Jean-Pierre Coffe était une publicité pour la vie"

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/03/2016 à 15H36
Philippe Geluck avec les lunettes rouges chères à son ami Jean-Pierre Coffe

Philippe Geluck avec les lunettes rouges chères à son ami Jean-Pierre Coffe

© France2/culturebox

Au lendemain de la mort de Jean-Pierre Coffe, les hommages se multiplient. Philippe Geluck était très proche du célèbre chroniqueur. Invité du 13H de France 2, il dit sa peine d'avoir perdu un grand ami mais évoque aussi les bons souvenirs et la trace que son ami laissera. A Lanneray où Jean-Pierre Coffe s'est éteint, on garde le souvenir d'un homme discret.

Les lunettes rouges, bleues, vertes faisaient partie intégrante du personnage Jean-Pierre Coffe. Alors, à l'invitation d'Elise Lucet et comme pour lui rendre hommage, Philippe Geluck a chaussé, une de ses célèbres montures colorées.

Le deux hommes étaient amis et dès le début de l'interview, le dessinateur du Chat évoque des souvenirs qui remontent à l'été dernier : "Il est venu chez nous en Italie et j'ai eu l'infime privilège de cuisiner pour lui et de lui faire découvrir mes spécialités et ... on a joué avec ses lunettes".

Une publicité pour la vie

Gelluck est triste comme on peut l'imaginer mais aussi admiratif du parcours chaotique de son ami : "mort à 78 ans en pleine forme, avec toute sa tête, après avoir mangé 17 troupeaux de porcs, bu l'entièreté du Bourgogne, du Beaujolais et du Sancerre et fumé la moitié de l'île de La Havane... il faut quand même le faire. C'est une publicité pour la vie".

Le dessinateur sait que derrière le pourfendeur intraitable de la malbouffe se cachait un homme d'une grande culture, d'une élégance rare, d'une générosité extraordinaire et qui aimait rire
C'est pour cela que, selon lui, "on parlera de lui pendant les décennies à venir parce qu'il s'est tellement attaché à défendre les beaux métiers que son oeuvre est un monument pour la France".

A Lanneray, le souvenir d'un homme discret et apprécié

Jean-Pierre Coffe, 78 ans, est décédé dans sa maison de Lanneray, en Eure-et-Loir où il vivait depuis plus de 40 ans. Dans sa maison de campagne, il travaillait dans son bureau-bibliothèque à la rédaction de ses ouvrages. Ce gastronome convaincu allait à Châteaudun, à une dizaine de kilomètres, pour y faire son marché, notamment chez son poissonnier préféré.

Dans le petit village "c'était quelqu'un d'assez discret", assure l'autre voisin de Jean-Pierre Coffe, Hugues Lemaire, lui aussi exploitant agricole, mais les anecdotes ne manquent pas au souvenir de l'illustre habitant. "Je suis venue une fois dans son jardin quand il avait invité tout le village. Un jour je lui avais ramené ses chiens qui s'étaient sauvés. Pour me remercier, il m'avait offert des pots de confiture", se souvient ainsi Marie-Claude. "Il venait d'adopter un chat qu'il avait trouvé sur la départementale. Il l'avait appelé, avec humour, D23".

"Je l'aimais bien. Il avait l'air sincère quand il parlait malbouffe, mais je n'ai jamais compris qu'il fasse de la pub pour les enseignes de la grande distribution", a réagi de son côté Pascal, un autre habitant, âgé d'une quarantaine d'années. Le lieu et la date de ses obsèques n'est pas encore annoncé mais, en 2012, le chroniqueur gastronomique avait déclaré à la presse locale qu'il souhaitait que ses cendres soient dispersées dans son jardin.