Festival de séries : Cannes veut développer des industries créatives

Par @Culturebox
Publié le 03/04/2017 à 19H10
Le maire de Cannes David Lisnard

Le maire de Cannes David Lisnard

© Patrice Lapoirie / Nice Matinj / PhotoPQR /MaxPPP

Cannes souhaite s'appuyer sur son futur festival de séries pour devenir un pôle pour les industries créatives, en développant formation, production et industries, a annoncé lundi le maire de la ville David Lisnard (LR) lors d'une conférence de presse au MipTV.

Le festival, dont la première édition est prévue en avril 2018, s'inscrira dans le projet "Cannes on air" qui prévoit un grand campus, avec des formations dans les métiers créatifs, un "hôtel d'entreprises" connecté à l'université, un lieu dédié à la production et à la post-production "son et images".
 
Seront créées une nouvelle formation à la création de séries digitales, dans le cadre d'un partenariat avec l'université UCLA en Californie et une résidence d'écriture pour les professionnels.
 
"La série est devenue un marché à très fort enjeu", a rappelé le maire au MipTV, estimant que Cannes Series "est appelé à devenir le premier festival international de séries".

Canal+ soutient le festival de séries de Cannes

"Pour organiser un festival de Cannes des séries quoi de mieux que de le faire à Cannes !", a-t-il lancé, rappelant qu'il portait ce projet depuis trois ans.
 
Canal+ a annoncé que ce serait le seul festival que la chaîne soutiendrait, a indiqué son directeur général Maxime Saada.
 
Le festival se déroulera sur 7 jours et comportera une compétition internationale, avec une dizaine de séries inédites venant de tous horizons géographiques, de tous genres (sauf l'animation), toutes durées (y compris les séries courtes de quelques minutes), et tous modes de diffusion, a détaillé Benoît Louvet, directeur général du festival.
 
Le jury sera composé de cinq personnalités "prestigieuses et de renommée mondiale" et d'un président de renommée internationale, qui seront annoncés plus tard.

L'Etat a choisi Lille

Le festival sera accompagné de projections hors compétition et de prix du public, "la volonté est de pouvoir faire voter les internautes et les téléspectateurs quelques semaines avant", a-t-il indiqué.
 
Le festival vise aussi l'organisation d'au moins 200 projections gratuites dans toute la ville, ainsi que de débats, de master classes, rencontres et rétrospectives.
 
Le budget prévu sera de l'ordre de 4 millions d'euros "au moins", a indiqué le maire, précisant être en discussions avec de nombreux partenaires privés en plus de la région et du département et il ne "désespère pas que l'Etat dans une approche impartiale soutienne ce projet".
 
L'Etat a choisi de soutenir un projet concurrent à Lille.