Documentaire : revoir "Affaire Merah, itinéraire d’un tueur"

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/03/2013 à 18H45
Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Merah, auteur de "Mort pour la France" (Flammarion)

Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Merah, auteur de "Mort pour la France" (Flammarion)

© Red Scheiber/20 MINUTES/SIPA

Un an après l’issue des tueries de Toulouse et de Montauban, trois ouvrages à paraître reviennent sur l’affaire Merah et un documentaire, diffusé mercredi 6 mars sur France 3, retrace l'itinéraire du tueur. Des familles de victimes ont demandé mercredi en référé l'interdiction de la diffusion par France 3 du documentaire ou à défaut la suppression des scènes de reconstitution des meurtres.

Revoir "Affaire Merah, itinéraire d’un tueur", France 3

Pourquoi Mohamed Merah a-t-il abattu sept personnes de sang-froid à Toulouse en mars 2012 ? Avec des images de vidéosurveillance, des reconstitutions et de nombreux témoignages, le documentaire "Affaire Merah, itinéraire d’un tueur" (diffusé sur France 3 mercredi 6 mars) tente de donner des clés sur cette affaire. Pendant plus de six mois, les auteurs du film ont rencontré des dizaines de témoins de l’affaire, proches de l’enquête. Ils ont eu accès à des documents exclusifs et tentent d'éclairer l’histoire de ce petit délinquant de banlieue, et ce qui a pu provoquer un tel passage à l’acte.
Pour la première fois, sa famille et ses amis ont accepté de témoigner, permettant de mieux comprendre la personnalité de Mohamed Merah. Les auteurs ont pu reconstitué les différentes étapes de sa vie : la cité, la prison, les voyages, autant d'éléments qui ont pu le mener à commettre ces crimes. Ces crimes sont-ils l’œuvre d’un fou ou bien celle d’un fanatique religieux ? Quels étaient ses liens avec la mouvance islamiste ? Quel rôle a joué sa famille ? Etait-il un "indic" manipulé par les services de renseignement ? Les auteurs du documentaire ont mené une enquête minutieuse, qui dévoile les failles d’un système judiciaire et montre les "loupés" de la police (DCRI -direction centrale du renseignement Intérieur- et PJ) qui ont empêché de neutraliser Mohamed Merah plus tôt. Des révélations qui vont souvent à l'encontre des versions officielles.

L'affaire Merah en librairie

Dans "Abel, mon fils, ma bataille: pour que la vérité éclate sur l’affaire Merah" (Editions du Moment), Albert Chennouf-Meyer, le père d’un des militaires tués par Merah, fait part des nombreuses questions qu'il se pose sur l'affaire et qui l’ont conduit à porter plainte contre Nicolas Sarkozy.

Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Merah, Imad, raconte l’histoire de son fils dans "Mort pour la France" (Flammarion). A travers une chronique de l’immigration et de l’intégration, elle montre comment on  fabrique de futurs Mohamed Merah. En 2012, elle avait créé l'Association "Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et pour la paix", en mémoire de son fils. Elle va à la rencontre des jeunes "Je veux savoir pourquoi ils ont autant de haine, pourquoi ils ne respectent pas le droit de ce pays. On doit vivre ensemble, se respecter.", explique-t-elle dans un entretien à La dépêche.fr
 
"Etat de siège" (Strapontins), un témoignage des anciens voisins du terroriste tué par le Raid à son domicile, sur le siège de l'appartement où était retranché Mohamed Merah, qui a duré près de trente heures et dont l'issue a été fatale pour le tueur.
 
Plusieurs livres avaient déjà été consacrés à cette affaire l'année dernière. "Mon frère ce terroriste" (Calmann-Levy), un récit du frère aîné de Mohamed Merah, Abdelghani Merah. Dans "Affaire Merah : l'enquête" (Michel Lafon), deux journalistes de l’Express, Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut avaient publié leurs investigations sur l’activité des services de renseignements français. 

"Affaire Merah, itinéraire d’un tueur", sur  France 3 à  20H45