Le comédien Jean-Claude Bouillon, le commissaire Valentin des "Brigades du Tigre", est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/07/2017 à 14H15, publié le 31/07/2017 à 13H48
L'acteur Jean-Claude Bouillon, lors du 30e festival de Cannes, en 1977.

L'acteur Jean-Claude Bouillon, lors du 30e festival de Cannes, en 1977.

© CLAUDE JAMES / INA

Le comédien Jean-Claude Bouillon, qui incarnait le commissaire Paul Valentin dans la célèbre série télévisée "Les Brigades du Tigre", est décédé lundi à l'âge de 75 ans, a annoncé sa femme à l'AFP.

Le comédien, qui était atteint d'un cancer, est mort à Marseille, où il vivait. Né à Epinay-sur-Seine le 27 décembre 1941, Jean-Claude Bouillon a joué dans de nombreux rôles au cinéma, à la télévision et au théâtre au cours d'une carrière
de cinquante ans. 

Valentin dans "Les Brigades du Tigre"

C'est surtout la série télévisée culte "Les Brigades du Tigre" qui fait connaître ce bel homme, fine moustache et regard clair, au grand public: de 1974 à 1983, il y tient le premier rôle, celui du commissaire Paul Valentin, à la tête de ces fameuses brigades mobiles créées par Georges Clemenceau avant la Première guerre mondiale.

Dans une ambiance Belle Epoque et sur une musique entêtante signée Claude Bolling, la série met en scène les enquêtes d'un trio de policiers de choc, Valentin, Pujol (Jean-Paul Tribout) et le jovial Terrasson (Pierre Maguelon). Trente ans plus tard, en 2006, les "Brigades du Tigre" ont donné lieu à un film de Jérôme Cornuau, dans lequel Valentin était incarné par Clovis Cornillac.

Débuts au théâtre

Jean-Claude Bouillon avait débuté sa carrière en 1966 au Théâtre national populaire dans "Chant public devant deux chaises électriques", pièce d'Armand Gatti sur l'affaire Sacco et Vanzetti, et la même année dans "Made in USA" de Jean-Luc Godard.

En 1969, il tient le rôle principal dans le premier film de Philippe Labro, "Tout peut arriver". Par la suite, il apparaîtra dans de nombreux autres films, dont "Le Champignon" de Marc Simenon (1970), "Hellé" de Roger Vadim (1972), "l'Insoutenable
légèreté de l'être" de Philip Kaufman (1988), "Arlette" de Claude Zidi (1997) et "l'Immortel" de Richard Berry (2009).

A la télévision, où il a fait l'essentiel de sa carrière, ce père de deux enfants figure dans une quarantaine de productions, dont "Les Roses de Dublin" (1981), "Les aventures du jeune Patrick Pacard" (1984), "Sous le soleil" (2003-2007), "Plus
belle la vie" (2011).

Au théâtre, il a notamment joué dans Autant en emporte le vent (mise en scène de Daniel Benoin, 1983), La Mouette d'Anton Tchekhov (mise en scène de Christophe Lidon à La Criée et au Théâtre Sylvia Montfort, 1998), l'Intrus d'Antoine Rault (mise en scène de Christophe Lidon, 2011-2012).