Avec Kevin Spacey, Netflix lance une opération de charme en Europe

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/04/2016 à 18H38
Kevin Spacey le 22 février 2016 à Washington, à la première de la saison4 de "House of Cards"

Kevin Spacey le 22 février 2016 à Washington, à la première de la saison4 de "House of Cards"

© Nicholas Kamm / AFP

Netflix a organisé lundi à la Cité du Cinéma de Saint-Denis "le plus gros événement presse" de son histoire, en invitant près de 300 journalistes et blogueurs de toute l'Europe pour présenter, en présence de sa superstar, Kevin Spacey, ses projets dans ce continent clé pour son développement.

Le PDG Reed Hastings et le directeur du contenu Ted Sarandos avaient fait le déplacement depuis les États-Unis pour dévoiler les projets du groupe et ses prochaines séries, annonçant entre autre la sortie le 5 mai de sa première série française "Marseille", avec Gérard Depardieu et Benoît Magimel. Il a aussi rappelé l'arrivée d'autres séries européennes comme "Dark", la première série allemande, pour 2017.

À la tribune, se sont succédé une vingtaine de réalisateurs ou stars de ses séries, dont Kevin Spacey , qui incarne Francis Underwood, le héros de "House of Cards", la toute première série originale de Netflix, qui démarre sa saison 4. Une saison où Underwood fait campagne pour les primaires démocrates, comme un écho à l'actualité américaine.

Spacey ironise sur la campagne électorale américaine

Interrogé sur les rapports entre réalité et fiction, Kevin Spacey a ironisé : "Certains candidats semblent des personnages de fiction." Et de relater : "Quand je terminais un tournage, je me demandais si nous n'étions pas allés trop loin. Mais quand je rentrais dans ma chambre d'hôtel et que j'allumais la télévision, je me disais : Nous n'avons pas été assez loin."

L'acteur a raconté que lors d'un voyage en Chine - où Netflix n'est pourtant pas diffusé - , il avait été accueilli comme une superstar. "On m'a dit que House of Cards était un immense succès en Chine, que le gouvernement chinois l'aimait beaucoup et que pour l'homme de la rue, Underwood était vu comme un homme qui combat la corruption !"

Underwood, le personnage "le plus intéressant" de sa carrière

Dans les milieux politiques, "certains m'ont dit que la série était trop cynique. D'autres m'ont dit que c'était bien plus proche de la réalité qu'on ne voudrait le savoir", a-t-il ajouté. Spacey, 56 ans, a aussi estimé que le personnage d'Underwood était "le plus intéressant" de sa carrière.

"Quinze ans plus tôt je n'aurais jamais pu le jouer", a-t-il estimé, "mais mes treize années de théâtre en Angleterre (2001-2014) m'ont changé". Le fait de s'adresser directement au public - les apartés d'Underwood dans la série - "a été inventé par Shakespeare. Cela crée une complicité avec le public. Une merveilleuse ambiguïté qui fait le succès de la série."

Pour cet événement promotionnel, Netflix avait déployé les grands moyens, en installant dans la Cité du Cinéma de nombreux stands et même un restaurant décoré comme la cantine de prison de sa série "Orange is The New Black", dont le groupe américain a décidé de produire trois saisons supplémentaires.

"Dans les années qui viennent nous aurons un nombre incroyable de concurrents", a prévenu Reed Hastings dans sa présentation. Vivendi et Mediaset viennent de conclure un "accord stratégique" qui prévoit notamment le lancement d'une plateforme de contenus susceptible de concurrencer Netflix.

75 millions d'abonnés

Netflix compte actuellement 75 millions d'abonnés, selon ses derniers chiffres officiels, contre 40 millions en septembre 2014. Il compte notamment plus de 2 millions dans les six pays ouverts en septembre 2014 (France, Allemagne, Belgique, Autriche, Suisse, Luxembourg), selon des chiffres datant d'il y a 6 mois. Le groupe est désormais présent dans 190 pays.