Semaine Corse-Balkans au Lazaret Ollandini, l'exil en peintures et lectures

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 10/11/2009 à 12H24
Semaine Corse-Balkans au Lazaret Ollandini, l'exil en peintures et lectures

Semaine Corse-Balkans au Lazaret Ollandini, l'exil en peintures et lectures

© Culturebox

Du 9 au 16 novembre 2009, le Lazaret Ollandini à Ajaccio accueille la deuxième édition de la Semaine Corse-Balkans. Placé sous le signe de la mémoire, l'événement est décliné en deux temps : d'un côté une exposition des peintures du Serbe Milan Minic, de l'autre des lectures théâtralisées de lettres de soldats corses engagés sur le front d'Orient pendant la première guerre mondiale.

Avec cette exposition et ces lectures, c'est une façon originale de revenir sur la Grande Guerre et sur un épisode peu connu de l'histoire corse. En 1914, lors de la mobilisation, les deux régiments d'infanterie basés sur l'île vont partir pour le front, l'un pour la Lorraine, le second en Tunisie et en Orient, pour combattre en terre macédonienne (près de 300 000 soldats français partiront sur ce front, 70 000 y mourront). Ce sont les lettres de ces soldats corses à leurs familles qui seront lues par la troupe du Théâtre Point. Pour le metteur en scène, Francis Aïqui, "nous avons récupéré des petits monuments de la littérature qui dormaient et nous leur avons redonné vie. Nous avons des missives administratives, des courriers personnels dont certains n'ont même pas été décachetés". Et alors que ces lettres arrivaient en Corse, d'autres repartaient de l'île, écrites par des réfugiés Serbes. C'est là qu'en 1916, 3000 d'entre eux trouvent refuge, contraints de quitter leur pays pour échapper à l'avancée des troupes allemandes. Parmi eux se trouvait Milan Minic qui trouvera en Corse sa vocation de peintre. Ces toiles feront partie de l'impressionnisme serbe et seront retrouvées par l'association Per a Pace lors d'une mission humanitaire en Serbie.