Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22
Live Nova Sessions : Moriarty
Ce soir, à 19h27

« Race » : Yvan Attal, avocat en eaux troubles

Publié le 02/02/2012 à 10H37, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
Yvan Attal et Alex Descas, dans "Race"

Yvan Attal et Alex Descas, dans "Race"

© DELALANDE RAYMOND/SIPA
Yvan Attal est à l’affiche de « Race », l’adaptation française d’une pièce de l’Américain David Mamet, jouée à Broadway en 2009 et 2010. Une réflexion forte sur le racisme aux Etats-Unis, qui fait étonnement écho à l’affaire DSK.

Aucun préliminaire. Dès le lever de rideau, nous sommes au cœur du sujet. Décor unique, un cabinet d’avocats. C’est parti pour 1h40 d’échanges tendus. Quatre personnages. Trois hommes, une femme. Trois avocats, un présumé coupable. Deux noirs, deux blancs. Et une sale histoire : un homme d’affaire blanc est accusé de viol par une jeune femme noire. Elle évoque un rapport non consenti, une jupe arrachée, il répond « histoire d’amour ». Qui ment ?

Les avocats se déchirent. Faut-il accepter ce client arrogant, qui vient de se faire retoquer par le plus grand cabinet de la ville ? De gros honoraires méritent-ils d’associer son image à une affaire qui va, inévitablement, réveiller les vieux démons ?

Yvan Attal, de retour au théâtre après une absence de 23 ans, est l’un des avocats. Tour à tour cynique, enflammé, colérique, et parfois naïf, il incarne toutes les ambigüités, les non-dits et les fantasmes qui sous-tendent les rapports entre communautés outre-Atlantique. Parfaitement à l’aise dans les habits de ce personnage finalement sympathique, Attal est épatant.

Ses partenaires de scènes – Alex Descas (l’associé), Sara Martins (la future avocate) et Thibault de Montalembert (le prévenu) – sont également impeccables.

Adaptée et mise en scène par Pierre Laville, « Race » est une réussite, pleine d’intelligence, jamais ennuyeuse. Le public qui se presse chaque soir à la Comédie des Champs Elysées repart emballé.

 


 

« Race » à la Comédie des Champs Elysées – 15 avenue Montaigne 75008 Paris
Du mardi au samedi 20h30 – matinées samedi et dimanche 16h
Location : 01 53 23 99 19