Marcel Bozonnet adapte Le roman de Baïbars au théâtre.

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 29/08/2009 à 11H12
Marcel Bozonnet adapte Le roman de Baïbars au théâtre.

Marcel Bozonnet adapte Le roman de Baïbars au théâtre.

© Culturebox

Depuis 2006, Marcel Bozonnet a définitivement tourné la page de la Comédie Française, dont il fut sociétaire puis administrateur général. Venu à la mise en scène, il prépare à la Maison de la culture d'Amiens une pièce de théâtre intitulée  "Baïbars, le Mamelouk qui devint Sultan", une épopée très célèbre de la littérature arabe. Elle sera racontée par des comédiens venant de multiples horizons. (représentations prévues fin janvier-début février 2010)

Le personnage principal de cette pièce, Baïbars, est un esclave, orphelin qui deviendra sultan. Comme son héros, Marcel Bozonnet s'écartera du chemin qui était tracé devant lui. Fils d'un pâtissier de Semur-en Auxois, étudiant en philosophie. Il deviendra comédien. Le théâtre, il le découvrira en amateur d'abord au lycée. Mais en 1966, suite à une rencontre avec Victor Garcia, il interprètera à Dijon, un Christ de banlieue, dans le cimetière des voitures d'Arrabal. Bozonnet a 22 ans, il apparait demi-nu. Scandale dans la presse locale et désillusion pour M. Bozonnet père. Son fils lâche la philo, les gâteaux et part pour Lyon, où il rencontre Marcel Maréchal au théâtre des Marronniers. C'est le début d'une carrière extrêmement riche qui le fera passer de comédien à professeur (cinq ans à l'école de la rue Blanche). A partir de 1982, il sera sociétaire à la Comédie Française. Puis en 1993, il prend la direction du Conservatoire national supérieur d'art dramatique à Paris. En 2001, retour au Français en tant qu'administrateur. Un rôle qu'il tiendra durant six ans avant de revenir sur les planches en tant que comédien puis metteur en scène. Marcel Bozonnet a donc déjà eu plusieurs vies en une seule et apparemment, il s'est fait plaisir à chaque fois. C'est la cerise sur le gâteau. On n' est pas fils de pâtisser pour rien.