VIDEO. "Paris Merveilles" au Lido : les secrets de la nouvelle revue en 5 épisodes

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 04/12/2015 à 15H58, publié le 30/11/2015 à 17H30
Paris Merveilles

Paris Merveilles

© Lido

Le Lido aura 70 ans en 2016. Le célèbre cabaret parisien fête l'événement avec une nouvelle revue : "Paris Merveilles" lancée en avril 2015. Cette 27e création a nécessité deux ans de préparation. Fait exceptionnel, une équipe de France 2 a été autorisée à en filmer les coulisses. Elle donne un coup de projecteur sur les artisans du rêve. A suivre toute cette semaine sur Culturebox.

"Paris Merveilles" deux mots qui vont si bien ensemble et qui vont faire mouche sur les Champs-Elysées. Tous les ingrédients classiques qui ont fait la réputation planétaire du Lido sont réunis. Des décors époustouflants dans lesquels évoluent Bluebell Girls et Lido Boys. La revue est signée Franco Dragone. Le metteur en scène italien qui, dans les années 80 a créé les dix premiers spectacles du Cirque du Soleil, avant d'en créer d'autres dans le monde entier dont celui de Céline Dion à Las Vegas, est un spécialiste de ce genre de défi.

Episode 1: le casting

Il est midi, trente cinq filles s'échauffent sur la grande scène du Lido. Venues du monde entier, elles ont un rêve : faire partie du nouveau spectacle "Paris Merveilles". Sous l'oeil du directeur Hervé Duperret, la sélection est sévère. Les candidates ont 15' pour mémoriser une chorégraphie tirée de la revue. "On ne cherche pas à avoir 40 filles qui se ressemblent, il faut un certain chic dans le regard et dans le comportement".
Après 1h30 de casting, onze filles restent en lice. Reste à passer la terrible épreuve de la toise. Les filles du Lido doivent mesurer au moins 1m75. Victoria, la jeune candidate anglaise qui a beaucoup impressionné Jane Sansby, la maître de ballet, mesure 1m74. Elle est repêchée grâce à son talent. Dernier test physique : la poitrine. Elle doit être galbée et ... naturelle.

Lido un monde de paillettes, une série réalisée par V.Gaget, C.Cormery, A.Janot, G.Beaufils, I.Tartakovski

Episode 2 : rencontre avec une "Sublime"

Comme tous les danseurs du Lido, Julie est tenue, par contrat, d'entretenir sa forme. C'est pourqoui elle court régulièrement au bois de Boulogne. Pour elle qui est classée comme une "Sublîme" au Lido (l'équivalent d'une danseuse étoile à l'opéra), c'est une nécessité. Compte tenu de l'endurance que cela demande d'être sur scène tous les jours, Julie se considère "comme une athlète de haut niveau".
Au Lido, chaque matin les installations technique sont testées, règlées. Clous du spectacle : la montée des filles sur fond de jets d'eau et aussi le lustre monumental couvert de 40 000 perles de verre. Une installation unique au monde. 
Julie arrive au Lido vers 19h30, une heure et demie avant le spectacle. Elle partage sa loge avec quatre autres Sublimes. Julie confesse qu'elle a été gênée la première fois qu'elle a du se produire topless.

Episode 3 : l'armée des cuisines, des serveurs et des couturiers

13 heures, on s'active déjà en cuisine sous la "baguette" du chef Philippe Lacroix qui dirige 35 cuisiniers. Il faut servir entre 400 et 700 repas chaque soir, 7 jours sur 7. Philippe Lacroix qui est arrivé au Lido il y 40 ans élabore deux cartes par an avec des produits 100% français. Il fait partie des 350 salariés de l'établissement dont il souligne l'esprit familial : "quand on y travaille un mois dit-il, on y travaille toute sa vie".
De son côté, Fabienne, la responsable de l'atelier couture travaille sur une robe immense pratiquement intransportable. Une robe destinée à Alicia, l'une des meneuses de la revue. Fabienne supervise cinq "petites mains". Pour "Paris Merveilles",  200 coiffes et 600 costumes ont été créés spécialement. Il dureront peut-être 10 ans. 17h, la cinquantaine de serveurs du Lido commence à dresser les tables.   

Episode 4 : Tout le monde sur le pont

Les 46 danseurs sont dans leurs loges. Jane, la maîtresse de ballets a dirigé une répétition. Jane, que nous avons suivie au début de cette série, a eu un mois pour apprendre toutes les chorégraphies d'un spectacle qui dure 1h40.
A 18 heures, Bruno Gerby, le directeur, donne les dernières directives à son équipe de serveurs. En cuisine, tout est prêt. Foie gras et champagne sont au frais. On en consomme 300.000 bouteilles par an. Venue d'Alès dans le Gard, la famille Pelat rejoint la table qu'elle a réservée pour les dix ans de Maylis. Le 1er menu est à 165 €, le dîner-spectacle dans une loge privée à 400€. Il est 20 heures. C'est le coup de feu !


 

Episode 5 : Que le spectacle commence !

21 heures, les lampes disparaissent. En coulisses, nous retrouvons Julie qui finit de s'habiller avec un volumineux "truc en plumes".
Ce soir, nous sommes dans le vrai spectacle. Privilège rare, nous allons suivre les machinistes qui s'activent sur les décors derrière les rideaux, les habilleuses dans les loges pour que tout soit parfait pour les danseuses qui n'ont que quelques minutes pour changer de tenue.
Dans 1h40, le spectacle s'achèvera par un french-cancan.
Les applaudissements et les paillettes d'émerveillement dans les yeux du public sont la plus belle récompense de Julie et de toute l'équipe.
Mais pas le temps de profiter de ces moments, dans moins  d'une demi-heure commence le prochain spectacle…

 

 

La bande annonce de Paris Merveilles