« L’Oiseau de glace » : les enfants mènent la danse à l’Opéra Bastille

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 14/06/2012 à 12H16
  • Répétitions du spectacle écrit par Florent Siaud.
  • Les prisonniers glacés.
  • Les reines des neiges.
  • Le prince Enée et son père.
  • Le prince Enée.
  • Les "petits violons" de l'école des Poissoniers.
  • Le décor a été crée dans les ateliers de l'Opéra.
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Répétitions du spectacle écrit par Florent Siaud.
    Répétitions du spectacle écrit par Florent Siaud. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris
  • Les prisonniers glacés.
    Les prisonniers glacés. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris
  • Les reines des neiges.
    Les reines des neiges. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris
  • Le prince Enée et son père.
    Le prince Enée et son père. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris
  • Le prince Enée.
    Le prince Enée. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris
  • Les "petits violons" de l'école des Poissoniers.
    Les "petits violons" de l'école des Poissoniers. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris
  • Le décor a été crée dans les ateliers de l'Opéra.
    Le décor a été crée dans les ateliers de l'Opéra. © Agathe Poupeney/Opéra national de Paris

Une soixantaine d’élèves du primaire et collège présentent le spectacle « L’Oiseau de glace » dans l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille les vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 juin. Scolarisés dans les réseaux d’éducation prioritaire des académies de Versailles, Créteil et Paris, ils participent au programme « Dix mois d’école et d’opéra ».

« C’est l’histoire d’une méchante reine des neiges qui a capturé le printemps et gelé toute la forêt. Le prince Enée et ses compagnons doivent la défier pour libérer le printemps et redonner vie à l’oiseau de glace », raconte Emilie, 11 ans, dans les coulisses de l’Opéra Bastille. Cet après-midi, et comme quasiment tous les jours depuis deux semaines, elle répète le spectacle « L’Oiseau de glace ».

Une création imaginée dans le cadre du projet « Dix mois d’école et d’opéra » pour une soixantaine d’élèves scolarisés dans les réseaux d’éducation prioritaire : la classe de CM2 de l’école Anatole France de Sarcelles, celle de CM1 de l’Ecole polyvalente des Poissonniers du 18e et les 5e du collège Louis Pasteur de Créteil. Cette pièce, et les représentations publiques de ce week-end sont l’aboutissement d’une année de travail avec une équipe de professionnels du monde artistique.

Danse ou chant : à chacun son talent

Théâtre, chant, danse et même violon pour les élèves de la classe des Poissonniers surnommés les « Petits violons » : les enfants suivent des ateliers depuis un ou deux ans pour découvrir l’univers de l’Opéra et pratiquer ces disciplines. Un programme qui, au début, n’a pas vraiment ravi les élèves. A l’image d’Emilie, d’abord indifférente à l’opéra et sa musique baroque, qui s’est depuis découverte une voix de soprano, « comme Carmen », insiste fièrement la petite brune.

Les élèves de CM1, CM2 et 5e travaillent tous ensemble.

Les élèves de CM1, CM2 et 5e travaillent tous ensemble.

© Louise Wessbecher

Du haut de ses 12 ans, Mehmet, élève en 5e à Créteil, était déjà allé « une ou deux fois à l’Opéra Garnier avec [ses] parents », mais n’avait pas franchement développé un intérêt pour cet art. En découvrant les coulisses et les métiers de l’opéra (costumier, sculpteur, peintre, danseur, maquilleur), il y a pris goût. A l’aise sur scène dans le personnage de Renaud, « un des héros, compagnon d’Enée », explique-t-il dans son costume de Robin des bois, il aimerait poursuivre les cours de théâtre dès la rentrée prochaine.

Au fur et à mesure que la forêt du monde d’Enée se dégèle, les personnalités des enfants se révèlent. Le mythe de la parole gelée a d’ailleurs été choisi pour cela. Sur scène, maquillés et coiffés comme des pros, ils sont transformés. « En changeant leur rapport au monde de l’art et de la culture, leur estime de soi évolue. Le programme agit sur leur personne et leur personnalité en devenir », raconte Christine Eschenbrenner, l’une des responsables du projet.

Et en classe, l’impact est immédiat. Soraya Vann, l’enseignante des « Petits violons », en témoigne : « Ils ont développé une curiosité énorme, ils s’intéressent à tout ce qu’on fait et chaque nouvelle notion, des maths à l’histoire, est acquise beaucoup plus vite ! » Entre les activités artistiques et le programme pédagogique, l’emploi du temps est certes chargé, mais l’émulation permet d’avancer et de progresser.

"L'Oiseau de glace" est mis en scène par Isabelle Grellet.

"L'Oiseau de glace" est mis en scène par Isabelle Grellet.

© Louise Wessbecher

35 classes concernées par le programme

Si le spectacle « L’Oiseau de glace » est le projet phare de « Dix mois d’école et d’opéra », les aboutissements sont en fait multiples. « En tout, 35 classes situées en zone d’éducation prioritaire participent au programme, détaille Christine Eschenbrenner. A la suite de visites, rencontres et ateliers, ils donnent leurs impressions, oralement, par écrit ou à travers des travaux plastiques ». Ils partagent émotions et réflexions dans leurs classes et dans leurs familles. Leurs nombreux travaux (expositions, blogs, carnets d’Opéra, montages vidéos, spectacles) sont présentés en ce moment dans les écoles.

Dans l’Amphithéâtre Bastille, la salle est plongée dans le noir. En coulisses, le silence se fait et la répétition commence. Les petits artistes font leur entrée sur scène pour les dernières mises au point. Dans les gradins, toute l’équipe artistique et pédagogique est sur le qui vive, chacun donne ses recommandations. Enée, la Reine des neiges, l’Oiseau de glace et tous les autres personnages doivent être prêts pour la première représentation publique de vendredi.


Spectacle gratuit sur réservation au 01 40 01 81 44
Représentations les vendredi 15 juin à 19h, samedi 16 et dimanche 17 à 15h dans l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille