Le quartet "Drôles de dames" boycotte la "Fête du cochon" du maire FN d'Hayange

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/08/2017 à 18H20, publié le 24/08/2017 à 18H14
Drôles de dames : Caroline Loeb, Eve Angeli, Enzo Enzo et Ana Ka

Drôles de dames : Caroline Loeb, Eve Angeli, Enzo Enzo et Ana Ka

© Capture YouTube

Caroline Loeb, Eve Angeli, Enzo Enzo et Ana Ka, les quatre chanteuses du quartet "Drôles de dames" qui reprend des standards de la variété française sur scène, ont décidé de ne pas se rendre à la "Fête du cochon" du 3 septembre, organisée par le maire FN d'Hayange (Moselle) pour laquelle elles avaient signé dans un premier temps.

"Ça me fait vomir"

Les quatre chanteuses pensaient depuis plusieurs semaines participer à une "fête automnale", mais c'est seulement le 17 août que la mairie FN de Hayange, dirigée par Fabien Engelmann, a évoqué une "fête du cochon", et le 21 août qu'elle a dévoilé l'affiche de la manifestation, sous-titrée "Nos traditions d'abord".
"Drôles de dames", spectacle musicale : le teaser
"J'ai dénoncé le contrat en soulignant qu'il est scandaleux d'instrumentaliser les gens comme ça", a dit à l'AFP Olivier Kaefer, le producteur du spectacle "Drôles de dames", réunissant Caroline Loeb, Eve Angeli, Enzo Enzo et Ana Ka.

"Nous avions accepté d'aller à Hayange tout en sachant que c'était une ville FN, car nous chantons pour tout le monde, sans faire de politique. Mais la mairie s'est bien gardée de nous dire qu'il s'agissait d'une fête du cochon, avec une connotation antimusulmane clairement ciblée, surtout au moment de l'Aïd-el-Kébir", a déclaré M. Kaefer.

"Le maire n'a pas le droit de demander à des gens qui n'ont rien à voir avec tout ça d'être partenaires de ses idées nauséabondes. C'est dégueulasse, ça me fait vomir", a-t-il ajouté.
Fête du cochon : l'affiche 2017

Fête du cochon : l'affiche 2017

© DR

"Je suis végétarien"

De son côté, le maire FN de Hayange a dénoncé la "malhonnêteté" du producteur du spectacle qui, selon lui, connaissait depuis longtemps l'intitulé exact de la manifestation.

"Aujourd'hui le mot cochon est devenu un gros mot, c'est ça qui est gênant. Dès qu'on veut essayer de défendre le folklore et les traditions françaises, ça pose un problème", a-t-il déploré, assurant que "cette fête n'est pas politisée: il n'y aura ni logo, ni banderole FN".

"Les personnes qui ne veulent pas manger de cochon peuvent manger autre chose. Moi-même, je suis végétarien", a-t-il ajouté.