La justice gèle la concession de la salle Pleyel

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/10/2014 à 18H32, publié le 07/10/2014 à 15H36
L'intérieur de la salle Pleyel à Paris

L'intérieur de la salle Pleyel à Paris

© JEAN AYISSI / AFP

Le tribunal de commerce de Paris a interdit mardi à la Cité de la Musique, opérateur public, de conclure un contrat de concession de la salle Pleyel, dans l'attente d'un jugement sur les conditions du rachat par l'Etat de ce haut lieu de la musique classique à Paris.

Le tribunal de commerce avait été saisi en référé par Carla Maria Tarditi,en instance de divorce avec Hubert Martigny, propriétaire de la salle Pleyel de 1998 à 2009. Mme Tarditi conteste les conditions de la vente de la salle à l'Etat, en 2009, estimant le prix très inférieur à la valeur réelle de l'établissement. Selon elle, M. Martigny aurait consenti à brader cet actif pour 60,5 millions d'euros afin de l'écarter de la procédure de divorce.

Ancienne directrice générale et artistique de la salle, Mme Tarditi se prévaut d'une estimation qui établirait la valeur de l'ensemble à 110 millions d'euros.
Réclamation

Dans l'attente d'une décision sur le fond du tribunal de commerce quant aux conditions de cette vente, l'épouse de l'ancien propriétaire demandait à la justice d'empêcher, à titre conservatoire, la Cité de la Musique, qui contrôle Pleyel, de mettre la salle en concession.

Le tribunal de commerce a fait droit à sa demande et interdit la concession de la salle Pleyel jusqu'au dénoument de la procédure au fond, selon l'ordonnance.

La Cité de la Musique a transféré la programmation classique vers la nouvelle salle de l'est parisien, la Philarmonie, dont l'ouverture est prévue le 14 janvier. Elle restera propriétaire de Pleyel mais a décidé de concéder l'exploitation de l'établissement à un opérateur privé pour au moins quinze ans.

L'appel d'offres prévoit que le nouvel exploitant de Pleyel ne pourrait pas y produire de concert ou de spectacle de musique classique, pour ne pas concurrencer la Philharmonie.

Plusieurs candidats, comme Lagardère, ou Jean-Marc Dumontet se sont dits intéressés par la reprise de la prestigieuse salle art déco située rue du Faubourg Saint-Honoré (VIIIe arrondissement) construite en 1927.