La Culture face à la crise à Avignon

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/11/2011 à 11H31
Frédéric Mitterrand, le 31 août 2011

Frédéric Mitterrand, le 31 août 2011

© AFP. P.Kovarik

A l’heure de la crise financière, quid de la politique culturelle ? C’est tout l’enjeu des quatrièmes rencontres de la culture, de l'économie et des médias d’Avignon, qui s’ouvre au Palais des papes vendredi pour trois jours sous l’égide de Nicolas Sarkozy, relayé par le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand. Avec cette année pour thème : "Investir la culture".

Pour ce que d’aucuns qualifient de G8 de la culture, en raison de la présence des ministres de la Culture des huit plus grandes puissances mondiales, les travaux s’appuieront sur le document produit par le cabinet Ernst & Young « La diversité des politiques fiscales dans le secteur culturel ».

Il y dévoile les coupes franches pratiquées dans leur budget culturel par les pays mis en difficulté en raison du contexte de crise. Les plus touchés comme la Grèce, l’Italie, et l’Espagne ont ainsi été amenés à réduire leur budget culturel respectivement de 53%, 14% et 19%, selon l’étude. La France parvient encore à augmenter légèrement son enveloppe de 1,1%. Mais jusqu’à quand ?

Le Palais des papes, à Avignon

Le Palais des papes, à Avignon

© Photononstop/Antonello Lanzellotto

TVA à 7%
Dans ce contexte, le Premier ministre François Fillon a d’ores et déjà annoncé le passage du taux réduit de TVA à 5% pour certains produits culturels à 7%, comme les livres et les places de cinéma. Le secteur est donc mis à au premier rang de la politique de réduction des déficits. 

« Il n’y aura aucune exception » a prévenu Bercy. Les parcs d’attraction, exonérés il y a peu de la taxe à 19,6%, ainsi que les théâtres, dont le taux de TVA est de 2,1% pour les 140 premières représentations, puis de 5% ensuite, sont dans le collimateur. Tout comme les concerts, les monuments et les musées. Reste à savoir si les entreprises culturelles répercuteront la hausse sur leurs prix.

Quant aux CD, DVD et Blue Ray, ou encore les abonnements triplay (téléphone/télévision/Internet), pas de changement en vue, puisqu’ils sont déjà taxés à 19,6%.

Les pays émergents
L’étude d’Ernst & Young rectifie le tir concernant les pays émergent, où les budgets consacrés à la culture explosent : hausse de 10% en Chine, de 33% en Russie, de 18% au Mexique, de 12% en Turquie. Pour l’agence, cette politique reflète l’impact des produits culturels sur les développements économiques locaux.

Cette répercussion résulte notamment des nouveaux modes de consommation des produits culturels via les « terminaux et services connectés » commente le cabinet Bain, qui a produit une étude sur le sujet. Selon elle, 60% des foyers en Occident consultent Internet sur une tablette, un smartphone, une console de jeu ou une télévision. Une métamorphose des usages culturels qui devrait se répercuter dans les contenus avec le développement de leur personnalisation et interactivité.

La mobilité et le partage que permettent tablettes et smartphone va dans ce sens influencer la conception de produits culturels nouveaux. Mais le « temps de cerveau disponible » n’est guère extensible : seulement un tiers des foyers est disposé à l’élargir selon Bain.