"La Bohème" de Puccini dans l'ambiance de Mai 68 à Antibes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/04/2016 à 16H27
Une scène de "La Bohème " de Puccini transposée en 68

Une scène de "La Bohème " de Puccini transposée en 68

© Capture d'image France3/Culturebox

Le théâtre Anthéa d’Antibes accueille pour trois représentions "La Bohème" de Puccini mis en scène par Daniel Benoin. Une version revisitée qui transpose les personnages du célèbre opéra dans l’ambiance de mai 68.

13 ans  après sa création à l’Opéra de Nice, "La Bohème" revu et corrigé par Daniel Benoin revient sur scène. Trois représentations les 19, 21 et 23 avril au théâtre Anthéa d’Antibes. Les héros de Puccini ont changé de siècle, d’époque  mais ils vivent la même révolution.  

Reportage : I. Gallou / J. Bierlein / C. Espanol

"C’est exactement la même révolution que celle de 1830, un siècle et demi plus tard. Aussi romantique. En 1830, Victor Hugo, Lamartine, Berlioz sont sur les barricades. En 1968, on voit bien que ce sont les intellectuels qui sont aussi sur les barricades. Il y a là quelque chose de très proche", explique Daniel Benoin.

On retrouve donc Rodolfo (Carlos Cosias) et Mimi (Nathalie Manfrino) en jeunes hippies. Comme en 1830, ils habitent le Quartier Latin et font partie d’un groupe d’étudiants qui luttent contre la misère en vivant joyeusement d’amour et d’eau fraiche. L’histoire d’amour entre  Rodolfo et Mimi  est toujours aussi puissante et tragique. "C’est une histoire d’amour comme on  aimerait en vivre", s’enthousiasme la soprano lyrique Nathalie Manfrino. "Ce n’est pas un Roméo et Juliette, c’est une histoire d’amour différente. Ce sont deux jeunes personnes qui sont très pauvres mais malgré cette pauvreté ils arrivent à rendre la vie belle". Un bonheur malheureusement brisé par la maladie. Mimi mourra de la tuberculose.