Juliette Binoche en tournée internationale dans la peau d'Antigone

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/02/2015 à 17H45, publié le 13/02/2015 à 17H38
Juliette Binoche lors de la conférence de presse de présentation d'Antigone, février 2015, au grand théâtre du Luxembourg

Juliette Binoche lors de la conférence de presse de présentation d'Antigone, février 2015, au grand théâtre du Luxembourg

© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

"Revenir au mythe, c'est comme revenir à soi": à quelques jours du début d'une tournée internationale, Juliette Binoche a expliqué vendredi pourquoi Antigone, héroïne de la tragédie de Sophocle, l'avait "profondément touchée". L'actrice française va incarner en anglais le rôle titre de la tragédie grecque, mise en scène par le Belge Ivo Van Hove

Cette tragédie grecque, mise en scène par Ivo Van Hove, est une coproduction européenne des Théâtres de la Ville de Luxembourg et du Barbican de Londres.

Pourquoi Antigone, et pourquoi en anglais?

"Il y a beaucoup de pourquoi", a répondu Juliette Binoche lors d'une conférence de presse à Luxembourg, en présence d'Ivo Van Hove et de Frank Feitler, directeur des Théâtres de la Ville de Luxembourg. Elle confie avoir été "profondément touchée" par la "profondeur du personnage", sa clairvoyance, et aussi par la profondeur des idées que la pièce véhicule, comme "le respect de la dignité humaine". Pour l'actrice, "revenir au mythe, c'est comme revenir à sa vie, sa conscience profonde, à soi". La tragédie de Sophocle "nous permet de nous mettre face à nous-même, nous préparer à une transformation".

"Antigone descend en elle-même, décide de se sacrifier pour quelque chose de plus important, le respect d'un être humain. Elle ose quelque chose de différent". "Il n'y a que comme cela que l'on peut changer les lois. C'est d'ailleurs ce que Mandela a fait", précise Juliette Binoche.
             
"Faire une pièce d'une tragédie grecque est un immense défi artistique", a estimé Ivo Van Hove

"Nous n'avons pas voulu être démonstratifs ni donner de leçons. (...) Antigone nous interroge sur le genre de société que nous voulons". "La pièce elle-même est aussi explosive qu'une bombe nucléaire. C'est l'exploration du bien et du mal au sein de l'esprit humain aux prises avec une situation de crise", explique-t-il. Il s'agit de la première collaboration entre l'actrice française et le metteur en scène belge: "Juliette et moi étions très vite d'accord pour dire qu'Antigone serait un challenge artistique idéal pour nous deux", dit-il. 

La nouvelle traduction anglaise de la pièce de Sophocle a été faite par la poétesse Anne Carson. Antigone sera d'abord jouée au Luxembourg, les 25, 27 et 28 février, avant de se lancer dans une grande tournée internationale : Barbican à Londres en mars puis Anvers, Amsterdam, Paris, Recklinhausen en Allemagne, avant le festival international de théâtre d'Édimbourg en août et New York du 24 septembre au 4 octobre.