Jean-Jacques Rousseau : vedette d'un Opéra à Genève

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 17/09/2012 à 19H21
Sur scène les "trois Rousseau"

Sur scène les "trois Rousseau"

© France Télévisions

Tous les âges, toutes les facettes de Jean-Jacques Rousseau forment le prétexte à un opéra contemporain composé par Philippe Fénelon sur un livret de Ian Burton, "JJR (Citoyen de Genève)". L'oeuvre est interprétée jusqu'au 24 septembre 2012, au Grand Théâtre de Genève, à l'occasion du tricentenaire de sa naissance.

En une heure cinquante et sans entracte l'Ensemble Contrechamps et le Choeur du Grand Théâtre de Genève convient leur public à suivre Jean-Jacques Rousseau dans tous ses âges et sous tous ses avatars. A l'occasion du tricentaine de sa naissance, il vit le jour le 28 juin 1712 à Genève, Philippe Fénelon et Ian Burton lui consacrent un opéra en un acte "JJR (Citoyen de Genève)". L'une des originalités de l'oeuvre consiste en la juxtaposition sur la scène de trois âges de Rousseau. Très jeune, dans la force de l'âge et peu avant sa mort survenue à l'âge de 66 ans probablement d'un accident vasculaire cérébral.

Le spectateur qui n'aurait retenu de Rousseau que son oeuvre philosophique apprendra qu'il fut aussi écrivain, c'est bien connu, mais également musicien et compositeur. Il tenta même de mettre en place une nouvelle transcription de la musique qu'il ne parvint jamais à imposer. Défenseur de l'idée que l'homme est bon "par nature" et que c'est la vie en société qui le rend mauvais, les idées de Rousseau sont traditionnellement opposées à celles de Voltaire, son presque voisin de Ferney.

Fénelon a voulu un spectacle enlevé, parodique, dont on nous assure qu'il s'inspire, dans la forme, d'un opéra signé par Rousseau lui-même, "Le devin de village".