Intermittents : le théâtre de l'Odéon évacué par la police

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/04/2016 à 09H12, publié le 29/04/2016 à 09H07
Les intermittents du spectacle devant l'Odéon après leur évacuation par la police (28 avril 2016)

Les intermittents du spectacle devant l'Odéon après leur évacuation par la police (28 avril 2016)

© Elliott Verdier / AFP

Le théâtre de l'Odéon, occupé depuis dimanche soir par un groupe d'intermittents du spectacle, a été évacué jeudi soir par la police quelques heures après la conclusion d'un accord qualifié d'historique par le gouvernement sur leur régime d'assurance chômage.

Les forces de l'ordre ont enjoint la cinquantaine d'intermittents et membres du mouvement Nuit Debout présents sur la terrasse du théâtre de quitter les lieux et ont retiré les banderoles installées sur la façade, a constaté une  journaliste de l'AFP.
 
"Ca gueule parce qu'ils enlèvent les banderoles !", a déclaré devant le  théâtre "Camille", membre de la Coordination des intermittents et précaires d'Ile-de-France qui n'a pas souhaité donner son vrai nom. "On compte tout le monde, tout le monde est libre !", a-t-elle ajouté, visiblement rassurée après  l'intervention des policiers.
 
Les quelque 200 intermittents et "nuitdeboutistes" présents devant le théâtre ont quitté les lieux, suivis par les forces de l'ordre, en scandant  "Paris debout, soulève-to i!", "La rue elle est à qui ? Elle est à nous !" ou  encore "Ne nous regardez pas, rejoignez-nous !" en se dirigeant vers la place de la République où un rassemblement avait lieu contre le projet de loi du  travail.

La Comédie-Française évacuée volontairement

De son côté, le groupe d'intermittents qui avait occupé la  Comédie-Française avait évacué volontairement ce théâtre dans l'après-midi, sans intervention de la police, afin de rejoindre la manifestation Place de la  République.
 
La représentation de Roméo et Juliette prévue à la Comédie-Française a quand même été annulée jeudi soir. Le Théâtre national de Strasbourg (TNS) a annoncé aussi l'annulation des deux spectacles.
 
Il n'y avait donc plus aucun théâtre occupé à Paris jeudi soir mais les intermittents avaient étendu leur mouvement aux régions, en investissant  plusieurs autres théâtres où les occupations se poursuivaient.
 
Un accord entre les organisations de salariés et d'employeurs sur le régime d'assurance chômage des intermittent a été conclu jeudi mais doit encore recevoir le feu vert des partenaires sociaux au sein de l'Unedic, qui gère l'assurance chômage.

Audrey Azoulay avait demandé la fin des occupations

La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, qui a qualifié l'accord  d'"historique", avait demandé jeudi aux intermittents de cesser les occupations de salles de spectacle. "Les salles de spectacle doivent désormais être rendues  au public", avait-elle souligné.
 
Mais la CGT spectacles (majoritaire), favorable à l'accord, avait appelé à ce que "la mobilisation continue" jusqu'à sa signature officielle.

Des avancées importantes, selon la CGT-Spectacle

L’accord, signé jeudi par les fédérations CGT, FO, CFTC, CFE-CGC  (salariés) et la Fesac (employeurs), est une première dans le secteur. Il  comporte "des avancées importantes", selon la CGT-Spectacle (majoritaire).
 
Il ne respecte toutefois pas la lettre de cadrage financier signée par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC (mais pas par la CGT). Ce cadrage impose au régime des intermittents un effort global de 185 millions d'euros  d'économies par an d'ici à 2018.
 
Parmi les principaux points actés figurent, selon la CGT, l'ouverture des droits à l'indemnisation, aussi bien pour les artistes que pour les techniciens, à partir de 507 heures travaillées en 12 mois. L'accord prévoit aussi un retour à une date anniversaire pour le calcul des droits des intermittents, un système plus avantageux que l'actuel dispositif  "glissant", instauré en 2003.