Yvan Le Bolloc'h mêle rumba flamenca et humour dans son Breizh Tour 2

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/06/2016 à 17H34, publié le 20/05/2016 à 09H48
Plaisanteries bretonnes et rumba flamenca, le joyeux cocktail de "Faut pas rester là !"

Plaisanteries bretonnes et rumba flamenca, le joyeux cocktail de "Faut pas rester là !"

© France 3 Culturebox

Yvan Le Bolloc'h est de retour sur scène avec "Faut pas rester là", un spectacle qui mêle comédie et musique. Quatre ans après le succès du premier Bolloc’h Breizh Tour, il raconte les anecdotes de tournées vécus avec son groupe de rumba flamenca mais aussi ses propres souvenirs d’enfance bretonne. Et c’est sur les routes de son pays natal qu’il rôde ce nouveau show.

En 2011, Yvan Le Bolloc’h partait en tournée avec son groupe de rumba flamenca (une forme de guaracha cubaine adoptée par les gitans de Séville) baptisé "Ma guitare s’appelle revient". Le spectacle fut un succès avec près de 250 dates et des représentations jusqu’en Afrique. En 2016, pour les dix ans du groupe, le comédien-musicien a voulu raconter les anecdotes de cette tournée, y mêlant des souvenirs de sa propre vie, de son enfance en Bretagne...Un mélange aussi joyeux que la rumba flamenca capable selon Yvan Le Bolloc’h "de faire danser un vaisselier breton" !

Preuve en est sur le plateau du 13h de France 2 où Yvan le Bolloc'h joue à la guitare en compagnie de son groupe Ma guitare s'appelle revient, la chanson "Baila mi ritmo".

Le point de départ de "Faut pas rester là !" : le chanteur du groupe est absent. Il refait la salle de bains du maire. Pour que le spectacle puisse avoir lieu, Yvan Le Bolloc'h va tout faire pour recruter un chanteur "avec des méthodes plus ou moins orthodoxes".

Reportage : J. Seigner / F. Leroy / D. Dallemagne / G. Hamon
En 2003, quand l’aventure Caméra Café prend fin après trois ans et demi de sketches quasi quotidiens avec son acolyte Bruno Solo, Yvan Le Bolloc’h travaille pour Europe 1. Lors d’une interview avec les Gipsy Kings qui se termine par un live, il tombe en amour pour cette musique "imprégnée de fougue, de mélancolie et de désespoir". Un coup de foudre total qui le pousse à prendre un an sabbatique pour apprendre à jouer de la guitare version rumba flamenca, à raison de 4 à 6 h par jour.

Par la suite, d’autres rencontres lui permettront de rentrer dans la famille gitane où dit-il "on ne déconne pas avec la musique". Mais rien n'empêche de l'assortir de joie et d'humour. Un cocktail que Yvan Le Bolloc'h maitrise parfaitement. 
"Faut pas rester là" sera au Off du festival d'Avignon au théâtre Le Paris du 7 au 17 juillet à 16h
Toutes les dates du Bolloc'h Breizh Tour 2 sont ici

Affiche Yvan le bolloc'h © DR