Guy Bedos attendu au tribunal pour avoir insulté Nadine Morano

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/09/2015 à 18H47, publié le 07/09/2015 à 12H19
Guy Bedos poursuivi par Nadine Morano

Guy Bedos poursuivi par Nadine Morano

© PHOTOPQR/CORSE MATIN

Guy Bedos comparait aujourd'hui en début d'après-midi devant le tribunal correctionnel de Nancy pour 'injure publique'" envers Nadine Morano. Cette dernière accuse l'humoriste de l'avoir insultée.

"Conne" et "salope" sont les mots que Nadine Moreno reproche à Guy Bedos d'avoir prononcé lors d'un spectacle en 2013. l'humoriste comparait aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Nancy pour des insultes qu'il aurait proférées le 11 octobre 2013 lors d'une représentation à Toul (Meurthe et Moselle), où Nadine Moreno est à l'époque élue d'opposition. Voilà ce que l'humoriste aurait lancé au cours du spectacle : "Nadine Morano a été élue ici à Toul ? Vous l'avez échappé belle! On m'avait promis qu'elle serait là... Quelle conne!". Guy Bedos conteste avoir utilisé le terme de "salope".

"L'humour est une langue étrangère, certains doivent avoir besoin de sous-titres"

La députée européenne, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, conseillère régionale de Lorraine et candidate récemment déclarée à la primaire des Républicains, entend "parler des limites de l'humour" à l'audience. "Beaucoup d'humoristes, comme Laurent Gerra, font des sketches sans franchir la ligne jaune de l'injure. Bedos était dans la ville où j'étais élue quand même! Il utilise toujours l'argument de la langue rabelaisienne mais c'est plutôt de la langue bedosienne dont il s'agit", a déclaré Nadine Moreno au Figaro.

De son côté, Guy Bedos, qui sera présent à l'audience, a confié au Figaro qu'il n'avait pas envie de parler de Nadine Morano", avant d'ajouter "L'humour est une langue étrangère, certains doivent avoir besoin de sous-titres". Selon l'avocat de Guy Bedos, Nadine Morano "médiatise et amplifie volontairement devant des millions d'internautes des propos tenus sur une scène devant 1300 personnes". L'ex-ministre avait à l'époque répété dans un tweet sa version des propos qu'elle reproche à Guy Bedos.

Nadine Morano, qui se dit "attaquée" dans son statut d’élue et de femme, a affirmé sur Twitter qu'en cas de victoire, elle s'engage à reverser les dommages et intérêts à des associations de lutte contre les violences faites aux femmes.
L’humoriste encourt une peine d’amende de 12.000 euros. Audience cet après-midi à 13h30.