Embarquez dans le bus pour une "ode à la ligne 29"

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/05/2015 à 16H05, publié le 22/05/2015 à 15H44
Ode à la ligne 29 © ERAC

Que diriez-vous d’une balade théâtrale dans un bus parisien ? Cette idée est développée actuellement par Bertrand Bossard, artiste en résidence au Cent Quatre à Paris, avec les élèves de l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes.

Les voyageurs de la ligne 29 de la RATP ont ces jours-ci la surprise de voir monter d'étranges voyageurs: une joyeuse bande de comédiens interprète à bord des bus "L'ode à la ligne 29 des autobus parisiens", du poète Jacques Roubaud. Ouvrez l'oeil : ce "kidnapping" poétique a lieu en semaine entre 11H00 et 15H00, aux heures creuses. Les jeunes comédiens de l'Ecole régionale d'acteurs de Cannes montent de manière impromptue aux arrêts réguliers, avec la complicité de la RATP, et se lancent dans la rime avec entrain.

Reportage : N. Cohen, N.Loncarevic, P.Guennegan, L.Comiot

Le week-end, du vendredi au dimanche, on peut réserver sa place et embarquer pour deux heures de ballade "pwétique" au départ du Centquatre, dans le XIXe arrondissement. 

Une poésie hautement fantaisiste 

C'est le comédien et metteur en scène Bertrand Bossard, artiste associé au 104, qui a eu l'idée de faire vivre "L'ode à la ligne 29 des autobus parisiens" de Roubaud. Le poète, fidèle voyageur de la ligne, a écrit 35 strophes en alexandrins, au fil des 35 arrêts du bus. L'ode commence par : "L'autobus vingt et neuf, départ de Saint-Lazare, Comme la ligne vingt, Ce n'est pas par hasare : Les lignes dont le nom commence par un deux Partent toutes Partaient Des lazaréens lieux"

La poésie hautement fantaisiste de Jacques Roubaud, poète et mathématicien, membre de l'Oulipo, se prête particulièrement à l'exercice. Roubaud, qui écrit "pwème" et "poëte", respecte scrupuleusement la rime, mais s'amuse de l'orthographe et "a le triste défaux de digresser souvent". Ses "digressions" sont autant de perles, où l'auteur replonge dans son enfance, pleure la disparition des bus à plateforme, vitupère la "èr-a-té-pé" qui modifie les arrêts, et il éclaire le lecteur sur l'arrêt "Dubrunfaut", auteur d'un savant traité sur l'art de la distillation.

On s'amuse beaucoup et on apprend plein de choses, lors de cette visite guidée en vers de la capitale. Les alexandrins deviennent limpides, une fois dits à voix haute, et on se prend à espérer que d'autres poèmes égaieront les trajets de la èr-a-té-pé!

"Ode à la lige 29 des autobus parisiens" de Jacques Roubaud, mis en espace par Bertrand Bossard, avec les élèves comédiens de l’ensemble 22 de l’ECAR.
Jusqu'au 31 mai 2015 au Cent Quatre à Paris et dans les bus de la ligne 29
10, 8,5 ou 3 euros.