Dieudonné : Delanoë pour l'interdiction, Valls envoie une circulaire aux préfets

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/01/2014 à 13H16, publié le 05/01/2014 à 11H57
Bertrand Delanoë

Bertrand Delanoë

© Matthieu de martignac / PhotoPQR / Le Parisien / MAXPPP

Allant dans le même sens que Manuel Valls, Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, a estimé dimanche qu'il fallait interdire le spectacle du comédien et polémiste Dieudonné, car il ne faut pas "céder devant des criminels". Quant au ministre de l’Intérieur, il a précisé qu’il enverrait une circulaire aux préfets en début de semaine.

"Dieudonné est profondément anti-juif. Contre lui, il faut mener un combat politique de mobilisation de la société", a déclaré le ministre de l’Intérieur Manuel Valls au Journal du dimanche. "Il a été condamné, il doit payer", a-t-il ajouté, en précisant, au sujet de l’interdiction : "On n’est plus dans le spectacle, on est dans le meeting. J’enverrai une circulaire aux préfets en début de semaine, on veut être efficace dès les premiers spectacles."
 
Delanoë : Dieudonné doit être combattu
Lors du Grand Rendez-vous (Europe 1, iTELE, Le Monde), Bertrand Delanoë a accusé : Dieudonné "est quelqu'un qui fait l'apologie de crimes contre l'Humanité."
 
"Donc il doit être combattu avec toutes les rigueurs de la loi, en  respectant bien sûr la liberté d'expression" qui "s'arrête là où il y a  atteinte à la dignité humaine".
 
Fermer son théâtre parisien de la Main d'or ? "Ce que nous devons interdire, ce sont les spectacles", a tranché le maire. Le spectacle actuel de Dieudonné, tel qu'il a été décrit dans la presse, "doit être interdit, car il contrevient à la loi", selon Bertrand Delanoë.
 
Ne pas céder devant des "criminels"
Dieudonné "est un représentant du système, qui a mis en place un système commercial extrêmement rentable et en même temps un délinquant fiscal, six fois redressé fiscalement", selon lui. "Il organise son insolvabilité", s'est indigné le maire en souhaitant une "cellule commune aux ministères de la Justice, de l'Economie et de l'Intérieur" pour combattre ce genre de "personnages qui organisent leur insolvabilité alors qu'ils ont beaucoup d'argent, pour ne pas respecter la loi".
 
"Nous sommes, en 2014, l'année du 70e anniversaire de la Libération de Paris, de la France, des camps", a encore observé Bertrand Delanoë. "Est-ce que nos aînés se sont battus pour des valeurs de civilisation pour que nous ayons la lâcheté de céder devant des criminels ?", s’est-il interrogé.
 
"La justice n’a pas été assez sévère"
Relancé sur ce terme, il a expliqué : "Quiconque fait l'apologie de crimes contre l'Humanité et profère des propos antisémites et racistes est un criminel." Pour le maire de Paris, jusqu'ici, la justice "n'a pas été assez sévère".
 
Il a encore déploré que "des hommes politiques de droite et de gauche jouent avec les symboles, du pain au chocolat à l'identité nationale. Ils abattent des digues" qu'il "faut maintenir".
 
Quant à la candidate socialiste à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, elle a déclaré au Journal du Dimanche qu'elle était favorable à l'interdiction du spectacle et aussi à la fermeture du théâtre de la Main d'or.
 
Le ministère de l’Intérieur avait récemment indiqué qu’il étudiait "toutes les voies juridiques" pour interdire les "réunions publiques" de Dieudonné, suite à un nouveau dérapage antisémite de l’humoriste contre le journaliste de France Inter Patrick Cohen. La radio publique a déposé une plainte contre lui.