Dieudonné condamné à deux mois de prison avec sursis

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/03/2015 à 14H44, publié le 18/03/2015 à 14H21
Dieudonné a été condamné à deux mois de prison avec sursis

Dieudonné a été condamné à deux mois de prison avec sursis

© Loïc Venance / AFP

Dieudonné a été condamné mercredi à deux mois de prison avec sursis pour apologie d'actes de terrorisme pour un message posté sur Facebook après les attentats qui ont fait 17 morts début janvier en France.

Le parquet avait demandé 200 jours-amende à 150 euros à l'encontre du polémiste, soit 30.000 euros d'amende (une peine en jours-amende se transforme en jours de prison si la totalité de l'amende n'est pas payée).
 
Il encourait jusqu'à sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende, les faits présumés ayant été commis en ligne.   
 
Le 11 janvier dernier, au soir d'une grande marche citoyenne en hommage aux victimes, Dieudonné avait écrit qu'il se sentait "Charlie Coulibaly", détournant le slogan "Je suis Charlie" en référence à l'un des trois auteurs des attaques, Amedy Coulibaly, qui a tué une policière et quatre juifs dans un supermarché casher.   
 
Ses propos avaient ensuite été retirés de sa page Facebook.
 
Des associations dénoncent un "soutien au terrorisme anti-juifs"
 
Devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, le 4 février dernier, Dieudonné avait déclaré condamner "sans aucune retenue" les attaques des 7, 8 et 9 janvier. Il avait expliqué s'être senti exclu de la marche parisienne, et traité "comme un terroriste" par les autorités.    "C'était une expression qui était en gestation dans ma recherche de paix", avait-il poursuivi, affirmant ne pas avoir voulu choquer les familles des victimes, et regrettant que ses propos aient été "détournés."   
 
Interrogé sur la raison pour laquelle il avait associé "Charlie" à "Coulibaly", et non "Kouachi", du nom des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo, Dieudonné avait expliqué avoir choisi Coulibaly car celui-ci a tué une policière d'origine martiniquaise "qui ressemble trait pour trait à (sa) fille."   
 
Mais pour les associations qui se sont constituées partie civile, ce choix marquait un "soutien sans ambiguïté au terrorisme anti-juifs."   
 
Dieudonné à été condamné à sept reprises pour injure ou provocation antisémite.
 
Un autre jugement jeudi
 
Célèbre pour sa "quenelle", qu'il présente comme un geste "antisystème", Dieudonné connaîtra jeudi le sort que lui réserve le tribunal correctionnel de Paris dans un autre dossier. Il est poursuivi pour provocation à la haine raciale et injure après des propos tenus à l'égard du journaliste de France Inter Patrick Cohen dans son spectacle "Le Mur", interdit dans plusieurs villes de France début 2014. "Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis  pas sûr qu'il ait le temps de faire sa valise. Quand je l'entends parler,  Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... Dommage."
  
La justice a interdit le 4 mars dernier la commercialisation du DVD de ce spectacle.