Coluche prend le pouvoir à la Mairie de Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/10/2016 à 10H20, publié le 06/10/2016 à 18H53
Coluche en avril 1984.

Coluche en avril 1984.

© AFP

Une exposition hommage à Coluche, la première qui lui ait jamais été consacrée, a ouvert jeudi à l'Hôtel de Ville de Paris. Trente ans après la mort de l'humoriste, "Coluche" présente 350 pièces, dont sa célèbre salopette, son violon et ses gants de boxe, aux côtés de dizaines de souvenirs, photos et objets personnels. Une exposition gratuite à voir jusqu'au 7 janvier 2017.

Donner à voir ses différentes facettes

Mort le 19 juin 1986, à 41 ans, sur une départementale des Alpes-Maritimes, dans un accident de moto contre un "putain de camion", comme l'avait écrit alors son ami le chanteur Renaud, l'humoriste a été classé en 2015 par un sondage du Figaro 4e personnage historique préféré des Français, derrière Napoléon mais devant... Louis XIV.
 
Membre pendant 15 ans de sa "bande", Fabienne Bilal, commissaire de l'exposition, a voulu montrer les "multiples facettes" de l'humoriste, le Coluche  bien connu comme homme de scène et acteur, fondateur des Restos du Coeur ou éphémère candidat à l'élection présidentielle de 1981.
 
Mais "j'ai voulu aussi une exposition élégante, à son image, car il était à la fois drôle et très élégant, très généreux", dit-elle, avec des souvenirs de famille, des photos de copains, ses objets personnels de scène.

La moto et la combinaison de Coluche avec laquelle il a battu le record du kilomètre lancé à l'exposition à la mairie de Paris. 

La moto et la combinaison de Coluche avec laquelle il a battu le record du kilomètre lancé à l'exposition à la mairie de Paris. 

© Nicolas Kovarik / IP3 Press / MaxPPP

L'expo est divisée par thèmes

Le parcours démarre avec la moto Yamaha 750 sur laquelle il a établi le 29 septembre 1985 le record du monde de vitesse sur le kilomètre lancé, en forme de métaphore: "C'était quelqu'un qui prenait beaucoup de risques et ne reculait jamais, même quand il avait peur", dit Fabienne Bilal.

Sur deux étages, les thèmes se succèdent, souvent ponctués d'extraits vidéo d'émissions de télévision et d'enregistrements de spectacles, le music-hall, la radio, la politique, sa passion pour la photo, la musique, le cinéma, les Restos du Coeur, les copains et en fin d'exposition l'enfance à Montrouge, en banlieue parisienne.
 
Des dessins de ses copains de Hara-Kiri, Reiser, Wolinski, alternent avec les affiches du Coluche candidat, des photos des grandes tablées de la rue Gazan (XIVe arrondissement) où "c'était table ouverte".
Diverses tenues de scène de Coluche à l'expo à la Mairie de Paris.

Diverses tenues de scène de Coluche à l'expo à la Mairie de Paris.

© Nicolas Kovarik / IP3 Press / MaxPPP

"Il a tout fait avec une espèce de boulimie"

Une salle, consacrée à ses costumes de scène - tutus roses ou blousons de cuirs - est dominée par la robe de mariée portée lors de sa parodie de "mariage" le 25 septembre 1985 avec l'humoriste Thierry Le Luron.

"Le 25 c'est le "mariage", le 26 il lance sa "petite idée" qui sera les Restos du Coeur, le 29 c'est le record du monde de moto. Toute sa vie, c'était ça, il a tout fait avec une espèce de boulimie, il nous épuisait", dit Fabienne Bilal.
 
Sa mallette de maquillage de tournée, bricolée par lui-même avec lampes et interrupteurs, est toujours remplie des produits de maquillage de scène et du sifflet du "flic", sketch-culte.

Divers objets personnels ayant appartenus à Coluche, exposés à la Mairie de Paris.

Divers objets personnels ayant appartenus à Coluche, exposés à la Mairie de Paris.

© Nicolas Kovarik / IP3 Press / MaxPPP

 

 Un vieux France-Soir - dont le public ne voyait que l'extérieur lors des célèbres revues de presse sur scène de l'humoriste - montre comment, à l'intérieur des pages, il collait des titres, des idées de blagues. "Le music-hall, c'est dur", disait-il en riant du cinéma "peu fatigant". Il remportera le César - exposé - de meilleur acteur pour Tchao Pantin. "J'ai tout piqué à Liz Taylor", s'était amusé l'acteur.
 
On peut voir un chèque en blanc - "jamais rempli, jamais encaissé" - pour "dix films" signé du réalisateur du film et producteur Claude Berri. Un cycle de projections "Les immanquables de Coluche" pour redécouvrir l'acteur est justement diffusé au cinéma Les Fauvettes, Paris 13e.
 
Le catalogue de l'exposition paraît également jeudi avec une postface de Renaud (Cherche-midi éditeur, 144 pages, 19,80 euros).