Anne Roumanoff revient sur Europe 1 avec une quotidienne

Par @Culturebox
Publié le 20/08/2016 à 18H42
Anne Roumanoff en juin 2016 au Marrakech du Rire, au Maroc

Anne Roumanoff en juin 2016 au Marrakech du Rire, au Maroc

© Jérôme Mars / Sipa

Il y a deux ans, Anne Roumanoff annonçait avoir été remerciée d'Europe 1 en "quatre minutes". Pas ranculière, l'humoriste fera son retour lundi sur Europe 1 avec une nouvelle émission "d'humeur et d'humour sur l'actualité", 7 jours sur 7, avant d'enchaîner le soir sur la scène de L'Alhambra, à Paris.

Ancienne diplômée de Sciences Po (promotion 1986 avec Jean-François Copé et Arnaud Montebourg), passée directement de la rue Saint-Guillaume à la scène, Anne Roumanoff est citée régulièrement parmi les humoristes préférés des Français.

La pétillante "dame en rouge" s'apprête à prendre les commandes de "Ça pique mais c'est bon !" du lundi au dimanche de 12H00 à 12H30, réalisé en public, avec une équipe de chroniqueurs dont Willy Rovelli. Au programme, un regard corrosif sur l'actualité, avec des invités politiques et artistiques qui se retrouveront sur le gril.

"Quand un ex vous demande pardon, ça va !"

De 2009 à 2014, Anne Roumanoff avait déjà présenté "Samedi Roumanoff", rendez-vous hebdomadaire avant d'être remerciée du jour au lendemain, malgré plus d'un million d'auditeurs en moyenne. "Quand un +ex+ vous demande pardon, ça va ! Je suis ravie de revenir : Europe 1 me laisse une totale liberté, et cela n'a pas de prix", confie à l'AFP l'humoriste entre deux enregistrements de pilotes, à 48 heures du lancement en direct.

"Ce sera un rendez-vous de trente minutes très rythmé et concentré. Il y aura assurément un côté piquant mais positif. On taquinera, on critiquera mais sans haine", explique-t-elle, enthousiasmée par ce nouveau challenge dans la perspective des présidentielles, champ d'action rêvé pour une humoriste d'autant plus passionnée par la chose politique. "Nous vivons une période très difficile. Le rire est salvateur. J'aime le rire qui rassemble, pas celui qui divise", dit Anne Roumanoff .

"Je n'aime pas le rire destructeur"

"Le rire doit avoir du sens. Je n'aime pas le rire destructeur, en s'acharnant. Il est tout à fait possible d'avoir une humanité en pointant les choses qui ne vont pas", estime l'humoriste.

"On a la chance de vivre dans un pays libre. Sans doute, on n'en avait pas conscience avant l'attentat de Charlie Hebdo. Des gens ont perdu la vie. C'est un devoir aujourd'hui d'utiliser cette liberté d'expression qu'ils ont défendue."

À l'Alhambra jusqu'au 15 janvier

Cinq soirs par semaine, et le dimanche en matinée, en plus d'Europe 1, Anne Roumanoff se produit à l'Alhambra, à deux pas de la place de la République, jusqu'au 15 janvier, avec une mouture actualisée de son spectacle "Aimons-nous les uns les autres", ode désopilante au vivre-ensemble créée l'an dernier. Depuis la fin juillet, les réservations font le plein.

Teaser du spectacle "Aimons-nous les uns les autres, et plus encore..." à l'Alhambra

"Beaucoup de gens me disent de continuer à les faire rire, qu'ils en ont besoin...", confie l'humoriste, saluée par une standing ovation après 1H45 de show tambour battant. "Une spectatrice m'a touchée en me disant que ce qui l'a le plus émue dans ces temps troublés, c'est de voir des gens de toutes générations et de toutes couleurs rire aux éclats avec elle."