"Terabak de Kyiv" : un cabaret punk-rock venu d'Ukraine au Monfort théâtre

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/01/2017 à 16H48, publié le 02/01/2017 à 16H12
"Terabak de Kyiv" au Monfort  théâtre

"Terabak de Kyiv" au Monfort  théâtre

© France 3 / Culturebox

Le Monfort théâtre accueille jusqu'au 14 janvier 2017 le spectacle "Terabak de Kyiv". Ce show proche de l'univers du cabaret dévoile les talents de circassiens et de danseurs accompagnés par six musiciennes venues d'Ukraine : les Dakh Daughters. Attablé autour d'une cuisine traditionnelle et devant un spectacle aux accents ukrainiens, le théâtre Monfort vous transporte loin du climat parisien...

L'année 2017 s'annonce riche en couleurs pour le théâtre Monfort qui accueille jusqu'au 14 janvier prochain "Terabak de Kyiv", un spectacle élaboré par son directeur Stephane Ricordel. Décoiffant et déjanté, ce show transforme le théâtre en véritable cabaret ukrainien... 

Un cocktail explosif 

Le spectacle "Terabak de Kyiv" est un show qui donne le tournis. Imaginé comme une "succession d’instants" par Stéphane Ricordel, le spectacle met en scène une multitude d’artistes aux numéros épatants. Entre performances artistiques et installations, la danse se mêle au cirque ou bien même à la magie.

Daniel Ortiz et Josefina Castro racontent l’histoire d’un couple, faite de séductions et de disputes. L'Espagnol Oscar Nova de la Fuente se contorsionne dans sa performance de sangle, l’Argentine Juilieta Martin s’exécute au mât chinois tandis que Matias Pilet enchaine les acrobaties.

Des installations étonnantes sont au rendez-vous comme en témoigne le numéro de Benoît Charpe. Ce spécialiste de la chute spectaculaire qui parcourt, en selle sur son monocycle, un trampoline bien particulier qu’il a lui-même mis au point.

La magie est aussi au cœur de ce spectacle grâce à la performance de Yann Frish, le champion du monde de magie close-up.

"Terabak de Kyiv", profondément métissé et haut en couleurs, nous replonge dans l’univers des cabarets parisiens des années 1950.

Reportage : France 3 Paris Île-de-France/ G. Faure / N. Loncarevic / O. Launay / M. Bué

Les Dakh Daughters, ces musiciennes ukrainiennes au rythme endiablé

Elles sont six et partagent toutes un don pour la musique. Ruslana Khazipova, Tanya Havrylyuk, Anna Nikitina, Solomia Melnyk, Natalia Halanevych et Zo savent tout faire : comédiennes, multi-instrumentistes et chanteuses, les Dakh Daughters fascinent par leurs mélodies envoûtantes et leur caractère bien trempé.

Le groupe connaissait déjà bien le théâtre Monfort puisque c’est son co-directeur, Stephane Ricordel, qui les a révélées sur la scène française en 2013. "Elles sont bien punks et nous renvoient toute l’énergie qu’elles ont, tout cette poésie parce qu’elles sont de très grandes poétesses", rappelle-t-il aujourd'hui, quatre ans après les avoir rencontrées. 
Désormais au cœur des programmations des festivals comme les Vieilles Charrues, WorldStock ou encore celui d’Avignon, elles connaissent une carrière internationale et sont ravies de revenir en France en ce début d’année. "On aime beaucoup venir en France parce que l’on sait qu’on sera très bien accueillies. Techniquement, c’est très bien équipé, les conditions sont là pour que l’artiste puisse créer" nous explique Ruslana devant sa batterie.
Les Dakh Daughters en spectacle au Trianon, à Paris, en février 2016

Les Dakh Daughters en spectacle au Trianon, à Paris, en février 2016

© SADAKA EDMOND/SIPA

Un voyage en Ukraine

Si la musique de ces talentueuses Ukrainiennes accompagne les circassiens et autres artistes au travers de chants traditionnels, l’Ukraine parvient jusque dans nos assiettes. Les spectateurs sont véritablement téléportés dans ce pays et peuvent déguster cette incourtounable soupe qu’est le bortsch. "On a appris au cuisinier à le faire vraiment comme on fait chez nous. C’est le goût de la maison, j’adore !" lance l’une des Dakh Daughters. Dans ce cabaret un peu particulier, tous les sens sont sollicités dans un esprit de grande convivialité.

trapèze - Terabak de Kyiv

trapèze - Terabak de Kyiv

© France 3 / Culturebox