Les Invites, le festival "pas pareil" qui réconcilie culture et citoyens

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/06/2015 à 10H27, publié le 05/06/2015 à 17H40
Lors des Invites en 2014 © Gilles Michalet

A Villeurbanne, dans la métropole de Lyon, les Invites s'autoproclament "Le festival pas pareil". Et pour cause, ce rendez-vous s'ancre dans la ville, dialogue avec les habitants, les convie à la fête et à la découverte des arts en tout genre. La cité devient un décor. La quatorzième édition se déroule du 17 au 20 juin 2015.

Aux  Ateliers Frappaz

Aux  Ateliers Frappaz

© Vanessa Fize
A quelques jours du coup d'envoi du festival, on s'active tranquillement aux Ateliers Frappaz. Beaucoup de décors qui jalonneront la ville ont déjà vu le jour, d'autres sont en cours d'assemblage. Quelques bénévoles fabriquent des fleurs à partir de bouteilles de plastique en couleurs. Aux Invites, les Villeurbannais ne sont pas seulement des spectateurs, on leur propose d'être acteurs en coulisse, sur scène, ou auprès du public le jour J.

Odile fait partie des petites mains qui travaillent avec les scénographes constructeurs. Elle est venue régulièrement en amont des quatre dernières éditions. "Ce qui me plait, c'est la convivialité, la créativité qu'on peut apporter au projet. On le fait évoluer, on le voit se concrétiser. Les professionnels tiennent compte de ce qu'on leur apporte."

Odile, bénévole aux Invites © Vanessa Fize

Les décors prendront place dans le centre-ville, et plus loin vers le campus. L'idée est d'inclure tout l'espace urbain dans la fête, et non d'attirer le public vers des lieux précis et cloisonnés. Un concept qui se renforcera encore cette année avec des scènes mobiles qui apparaîtront et disparaîtront. 

Un quotidien transformé


Depuis quatorze ans, c'est l'une des spécificités des Invites : faire la fête dans l'espace urbain, en plein air, gratuitement. Découvrir la richesse de la création théâtrale, musicale, circassienne, chorégraphique.... Evoluer dans un univers bien connu, celui du quotidien, transformé pour l'occasion grâce à l'équipe de scénographes et à ses bénévoles de tous horizons.

Il y a deux ans les Ateliers Frappaz, tête de proue du festival, sont devenus Centre national des arts de la rue. Des compagnies viennent le temps d'une résidence pour parfaire ou imaginer leur prochaine création. Des activités sont proposées à l'année. La famille s'agrandit avec de nouveaux partenaires, notamment en direction du handicap. Dans le cadre de  ce développement les scolaires ont fait leur apparition parmi les constructeurs des décors des Invites. Des collégiens seront aussi sur scène pour le spectacle d'une des compagnies programmées cette année. 

Un des écoliers en plein travail

Un des écoliers en plein travail

© Vanessa Fize


Une ville dans le monde


"Les Invites ne pourraient pas avoir lieu dans une autre ville", dit Patrice Papelard, le directeur artistique du festival. Elles sont nées de la volonté politique d'ancrer un grand rendez-vous culturel dans la ville dans un esprit de convivialité. Elles ont pris des couleurs et une richesse liées à l'histoire de la cité où des dizaines de nationalités se côtoient en bonne entente. "Le festival est un miroir grossissant de la ville, Il faut être modeste, nous n'avons rien révolutionné". Cette année, comme toujours, les associations culturelles tiendront des stands pour découvrir les cuisines du monde, de l'Afrique à l'Asie en passant par l'Amérique Latine. Ou comment voyager, échanger, en se régalant. 

Un maquis prêt à l'emploi, comme dans les grandes villes africaines.

Un maquis prêt à l'emploi, comme dans les grandes villes africaines.

© Vanessa Fize


Le sens du spectacle


Et qu'est-ce qu'on regarde, justement ? Des spectacles de rue à foison, avec deux angles revendiqués cette année : le sens, les artistes ont des choses à dire, des engagements, des points de vue sur la société, et la fête, bien sûr, il faut rire, jouer, se défouler ensemble. Ou comment passer d'un spectacle africain contant la réalité d'une dictature (compagnie l'Etoffe des Rêves), à une déambulation jusqu'à un stand de fête foraine déjantée ou une basse-cour étrange (compagnie des Plumés). Les concerts font aussi partie intégrante de ce festival "pas pareil". Cette année le Collectif 13 sera de la partie (avec des musiciens issus de la Rue Kétanou, de Tryo, de Massilia Sound System, de No One is Innocent), et le roi de l'électro Gilles Peterson fera danser la nuit.

 

A l'heure où la culture souffre, où des festivals disparaissent, où les artistes s'emparent de ces événements pour faire des tournées, dupliquant de fait les programmations, à l'heure où la mixité inquiète plutôt qu'elle ne rassure une certaine partie de la population, il fait bon vivre à Villeurbanne, et l'on respire aux Invites. Quand on voit trop souvent des festivals vivre en vase clos dans une ville, ne s'ouvrant qu'aux initiés ou habitués des genres proposés, ce rendez-vous ouvert sur la ville, pluridisciplinaire, sans thèmes ou passages imposés, rafraîchit.

Cette année le festival a invité les festivaliers à raconter leurs souvenirs liés aux Invites sur le site internet. Voici l'histoire de Yannick :

Nino, 5 ans : "Papa, c'est presque l'été alors il y aura bientôt la fête à Villeurbanne ? - Oui. - Et y aura le monsieur qui danse avec la pelleteuse ? - Non, cette année ce sera différent. - Oui, mais y aura la grosse dame dans le tout petit bus qui roule n'importe comment ? - Euh, non, ce sera pas pareil, tu sais, cette année. - Mais y aura pas les gens de toutes les couleurs alors ? - Ah, ben si... ça, ce sera pareil !"
 

L'affiche des Invites 2015 © Les Invites

Les Invites de Villeurbanne, du 17 au 20 juin 2015 - Spectacles et concerts gratuits