Au carnaval de Nice, la police est sur les dents

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/02/2015 à 19H01, publié le 13/02/2015 à 14H49
L'élection de la reine du Carnaval, à Nice (11 février 2015)

L'élection de la reine du Carnaval, à Nice (11 février 2015)

© Sylvestre / MAXPPP

Le 131e carnaval de Nice, qui ouvre vendredi et dure jusqu'au 1er mars, a débuté cette année sous haute surveillance. La cérémonie d'ouverture, prévue vendredi à 21H00, a été annulée en raison des mauvaises conditions climatiques, a annoncé la communauté urbaine Nice Côte d'Azur.

Au cours de cette première soirée, devaient être présentés au public le roi et la reine du festival, de grandes effigies en carton pâte. Samedi la traditionnelle bataille de fleurs risque également d'être annulée à cause de la météo défavorable. Est prévu ensuite le défilé des chars.

"A Nice, il y aura la police, la sécurité publique bien plus nombreux que les années précédentes", a assuré dans Nice Matin le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Alpes-Maritimes, Marcel Authier. La DDSP a mis en place plusieurs "cercles de sécurité" autour du carnaval, avec un contrôle d'identité renforcé, la présence de gendarmes et de CRS et des détections dans la ville et autour de la ville, a précisé Marcel Authier.
 
Surveillance renforcée après l'agression de militaires
 
Début février, un jeune homme avait agressé au couteau des militaires qui montaient la garde devant un centre communautaire juif dans le centre de Nice, peu de temps après avoir été refoulé de Turquie. Au cours de sa garde à vue, il avait évoqué sa haine de la France, des militaires et des juifs, et a été depuis mis en examen et écroué.
 
La ville de Nice a réclamé 350 militaires en renfort au lendemain des attentats de début janvier à Paris, et décidé d'installer des caméras de vidéosurveillance supplémentaires.
              
Le carnaval de Nice accueille chaque année 600.000 spectateurs, selon la mairie de Nice.
 
Défilés de chars et batailles de fleurs
 
Une vingtaine de chars animés défilent pour les traditionnels "corsi" diurnes ou nocturnes, tandis que des rituelles batailles de fleurs animent la Promenade des Anglais : des jeunes femmes juchées sur les chars lancent sur le public des tonnes de mimosas et d'autres fleurs.
 
A Nice, le carnaval  est une vieille tradition. Le premier cortège remonte à 1830, à l'époque en l'honneur des souverains de Piémont-Sardaigne. La première bataille de fleurs a eu lieu en 1876.
 
Cette année, il a pour thème la musique.