"Dessous dessus", les coulisses du Crazy Horse version Chantal Thomass

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/12/2016 à 14H51, publié le 30/12/2016 à 14H45
"Dessous Dessus" : Chantal Thomass et les danseuses du Crazy Horse

"Dessous Dessus" : Chantal Thomass et les danseuses du Crazy Horse

© PASCAL VILA/ SIPA/ 1610031320

Prolongé jusqu’au 31 mars 2017, le très sexy spectacle "Dessous Dessus" du Crazy Horse porte la griffe de la célèbre créatrice de lingerie fine Chantal Thomass. Directrice artistique invitée du légendaire cabaret, la styliste nous fait plonger dans les coulisses de ce show démesuré.

Le Crazy Horse a fêté ses 65 ans en mai 2016. Pour finir cette année anniversaire en beauté, il prolonge la représentation du show "Dessous Dessus" signé Chantal Thomass, créatrice invitée pour l’occasion. Depuis le 5 octobre, plus de 20 000 personnes ont déjà assisté à cette revue qui bouscule les codes.

Reportage : N.Hayter / O.Palomino / L.Crouzillac / A.Gordon-Gentil

Un show à la Chantal Thomass

Reconnaissable entre mille à sa coupe au carré et sa frange devenues iconiques, Chantal Thomass a été chargée par le Crazy Horse de la direction artistique du spectacle "Dessous Dessus", une première pour la créatrice. Elle a pu laisser libre cours à son imagination pour la mise en scène et les costumes des sublimes danseuses du cabaret.
Chantal Thomass a imaginé un tableau où les jambes d'une danseuse sont recouvertes d'un voile de dentelle

Chantal Thomass a imaginé un tableau où les jambes d'une danseuse sont recouvertes d'un voile de dentelle

© France 3 / Culturebox
Plus habillées qu’à l’accoutumée pour mieux se déshabiller ensuite, elles sont parées de lingerie, de dentelles et de strass pensés par la styliste parisienne. Quatre tableaux exclusifs lui ont été confiés et retravaillés avec soin. Des pièces de lingerie, des effets visuels nouveaux, des rideaux de dentelle chics devant les danseuses, la touche personnelle de Chantal Thomass se retrouve sur plusieurs chorégraphies. "Dessous Dessus" revisite aussi la tenue de scène de l’incontournable marche militaire qui ouvre le spectacle depuis 65 ans, une première depuis 1989. Le tableau a été rebaptisé avec humour "God Save The Glam".
"God save the Glam", la marche militaire du Crazy Horse

"God save the Glam", la marche militaire du Crazy Horse

© PASCAL VILA / SIPA

Du travail en coulisses

Pour que le spectacle soit parfait, rien n’est laissé au hasard. "Ici on est dans l’Atelier du Crazy. C’est formidable parce qu’elles font tout à la main, elles transforment les choses. Par exemple, moi, j’ai apporté de la lingerie. Il y avait une petite bouche rouge, mais qui n’était pas assez brillante sur scène. Donc on en a mis une en strass", explique Chantal Thomass. Des détails minutieux préparés par une trentaine de petites mains, des heures de travail pour un show de précision.
En coulisses, les couturières de l'atelier s'activent

En coulisses, les couturières de l'atelier s'activent

© France 3 / Culturebox
Car derrière le rideau, on s’applique aussi à régler le final dans ses moindres détails. Des répétitions, il en faut, à raison de deux spectacles par soirée et six par weekend. Psyko Ticco est capitaine de revue et danseuse au Crazy Horse depuis 15 ans, une durée record pour celles qui, en moyenne, restent entre trois et cinq ans : "Il faut répéter plusieurs fois pour que le corps imprime les bons gestes.  Par exemple, un numéro qui est très coquin, espiègle, avec beaucoup de regards et de présence, ça s’expérimente surtout en répétition".
Psyko Ticco supervise les dernières répétitions avant le show

Psyko Ticco supervise les dernières répétitions avant le show

© Captures d'écran France 3 / Culturebox
Et si les chorégraphies sont extrêmement rigoureuses, se produire au Crazy reste une ambition pour de nombreuses danseuses dont a fait partie Gloria avant de rejoindre la troupe : "J’avais vu un spectacle du Crazy Horse, j’avais l’impression que c’était comme un rêve et j’avais absolument envie d’en faire partie. Pour être comblée en tant que danseuse et en tant que femme aussi". Un rêve qui n’est pas à la portée de toutes car les places sont chères : les critères de recrutement sont stricts en terme de morphologie et d’esthétisme. Mais comme le précise Psyko Ticco, la personnalité et le charisme sur scène sont tout aussi importants.

Une trentaine de danseuses va donc porter dessus, avec audace et élégance, ce que tout le monde porte dessous. Sublimé par la lingerie de Chantal Thomass, ce show très chaud, burlesque et sensuel, est prolongé jusqu’au 31 mars 2017.

"Dessous dessus", les coulisses du Crazy Horse version Chantal Thomass "Dessous dessus", les coulisses du Crazy Horse version Chantal Thomass