Des intermittents occupent le Centre dramatique national de Montpellier

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/04/2016 à 09H30, publié le 14/04/2016 à 09H28
Manifestation d'intermittents à Montpellier (22 juin 2014)

Manifestation d'intermittents à Montpellier (22 juin 2014)

© Nicolas Gaillard / APERCU / SIPA

Des intermittents du spectacle occupent depuis mardi soir le Centre dramatique national de Montpellier, sans empêcher les spectacles et l'accueil du public, pour dénoncer les "menaces qui pèsent sur leur régime d'assurance chômage", a-t-on appris mercredi auprès des salariés de ce centre.

"Nous salariés du centre dramatique national Montpellier, Humain trop humain, apportons notre soutien aux salariés intermittents du spectacle de la CIP LR, intervenus le 12 avril 2016, à l'issue de la représentation du spectacle 'Allez mourir plus loin', pour exprimer leur désaccord quant aux menaces qui pèsent sur leur régime d'assurance chômage", déclarent les salariés du centre dirigé par l'argentin Rodrigo Garcia dans un communiqué.

"Ce mouvement a décidé d'occuper pacifiquement notre théâtre, structure nationale emblématique de la création artistique de la décentralisation théâtrale", poursuivent-ils. "Ils n'empêchent ni le spectacle, ni l'accueil du public. Et nous les accueillons solidairement dans notre maison, qui est la leur, car sans eux, pas de créations, pas de spectacles".

"Les lieux de création étranglés"

Ils dénoncent "les coupes budgétaires et les réorganisations territoriales", aboutissant "chaque jour" à "la fermeture de lieux, de festivals..."

"Les lieux de création et de diffusion sont ainsi étranglés dans leurs capacités d'actions artistiques, menaçant directement nos emplois permanents et/ou intermittents qui les mettent en oeuvre", déplorent-ils.

"A cette dégradation sans précédent, se rajoute : l'impact que pourrait avoir la loi +travail+, qui entérine la fin de l'état de droit dans l'entreprise et la fin de l'égalité de tous devant la loi, chaque employeur pouvant édicter la sienne".