Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22
Live DIRECT. Sébastien Tellier au Stereolux de Nantes
Ce soir, à 20h50

Le chorégraphe Russell Maliphant fait danser les sculptures de Rodin

Publié le 03/02/2012 à 14H08, mis à jour le 10/12/2012 à 15H16
Dickson Mbi dans "Le projet Rodin"

Dickson Mbi dans "Le projet Rodin"

© Charlotte Mac Millan
Le britannique Russell Maliphant, partenaire privilégié de Sylvie Guillem, explore dans sa nouvelle chorégraphie, l’art du sculpteur Auguste Rodin.

Son « Projet Rodin » démarre dans l’atelier du maître. Un décor de voiles dans lesquels les corps s’enroulent, un amoncellement de drapés évoquent la matière dont sont pétris ces hommes et ces femmes déroulant muscle après muscle.

Des modèles en mouvement
Des modèles en mouvement © Charlotte Mac Millan

Pour rendre cet équilibre subtil entre force et harmonie, Maliphant mêle hip hopeurs et danseurs académique.
Dans un très beau solo, un homme semble sortir du sol, déformé, désarticulé.

Les poses collectives évoluent en corps à corps, elles évoquent aussi le créateur face à son œuvre. Et l’on ne sait plus vraiment qui  façonne qui.

Plus tard, 3 femmes ciselées par la lumière qui leur donne l’aspect de bronzes, émergent de la matière. Le magnifique danseur Dickson Mbi, sculpte avec une précision fascinante sa propre chair. Maliphant donne littéralement à voir le travail de Rodin qui admirait tant Nijinski et Isadora Duncan.

La deuxième partie décline l’infinie possibilité de transformation du corps humain au travers des mouvements saccadés du hip hop. On mesure l’audace de vouloir saisir l’élan, figer le mouvement. La part d’imprévisible et celle du génie créatif.

En 2010, également à Chaillot, le chorégraphe et danseur britannique avait présenté un projet « Dans l’esprit de Diaghilev ». Dans un solo il évoquait le célèbre danseur russe Nijinski : « C’est la première fois que je créais des pièces à partir d’un thème, explique le chorégraphe, j’ai trouvé le processus très fécond sur le plan imaginaire et conceptuel ». D’où ce « Projet Rodin » aujourd’hui.

Pendant une heure trente Russell Maliphant réussit à ne jamais perdre de vue Rodin. Les admirateurs du sculpteur apprécieront, sans trop regretter la danse si fluide des précédents spectacles du danseur-chorégraphe.

 

Théâtre national de Chaillot jusqu'au 10 février, à 20h30.
1, place du Trocadéro, Paris 16e
Locations : 01 53 65 30 00

Meudon : 14 février
Chalon-sur-Saône : 11 avril
Sceaux : les 11 et 12 mai