20 ans de hip hop au Festival de Suresnes : un flasback super festif

Par Sophie Jouve @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 13/01/2012 à 13H44
20e édition du Festival Suresnes Cités Danse

20e édition du Festival Suresnes Cités Danse

© DR

Les grands anciens et la nouvelle génération de danseurs et de chorégraphes hip-hop réunis pour la première fois sur le même plateau, une expérience à ne pas rater. Pendant une heure trente se dessine un portrait de groupe, en même temps qu’un panorama de la danse hip hop. Cette soirée anniversaire, à vous donner des fourmis dans les jambes, est à déguster jusqu’au 15 janvier. Mais pas de panique, le reste de la programmation (jusqu’au 12 février) est tout aussi alléchant.

 

La première partie (30 minutes) enchaine les solos à couper le souffle de Lydie Alberto, Farid Berki, Amala Dianor, Fish, B-Boy Junior, Céline Lefèvre, Mehdi Ouachek mais aussi de l’Allemand Storm et de l'américain Doug Elkins.

Mention spéciale à Fish qui fait de sa musculature une performance fascinante et sensuelle ainsi qu'à B-Boy Junior et ses métamorphoses. Céline Lefèvre, issue de la danse classique, nous fait mourir de rire avec sa leçon de hip-hop, brillante et très second degré.

José Montalvo ancien responsable de la danse du Théâtre de Chaillot orchestre la deuxième partie, entouré de 8 danseurs sélectionnés sur audition et de trente chanteurs du jeune chœur de Paris. S’enchainent, sans que les transitions soient toujours lisibles, des extraits revisités de pièces hip hop emblématiques, comme « Boxe Boxe » de Mourad Merzouki, « Douar » de Kader Attou et des impromptus de Sébastien Lefrançois. Lorsqu’ils accompagnent de leur danse les chanteurs du chœur de Paris, on se dit qu’aujourd’hui, cette danse issue des banlieues, peut vraiment tout exprimer.