Plongez dans le Pigalle des années 50 avec la comédie musicale "Irma la Douce"

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/09/2015 à 14H35, publié le 12/09/2015 à 14H11
Marie-Julie Baup et Lorànt Deutsch à l'affiche de la comédie musicale "Irma la Douce" à partir du 15 septembre au théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris.

Marie-Julie Baup et Lorànt Deutsch à l'affiche de la comédie musicale "Irma la Douce" à partir du 15 septembre au théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris.

© Culturebox

C’est l’une des 15 comédies musicales programmées à Paris en cette rentrée. Sous la direction de Nicolas Briançon, Nicole Croisille, Marie-Julie Baup et Lorànt Deutsch font revivre "Irma la Douce" au Théâtre de la porte Saint-Martin et nous replongent en chansons dans les faubourgs de la capitale dans les années 50. Rencontre avec la troupe avant la première le 15 septembre

Créée en 1956 par Alexandre Breffort et Marguerite Monnot (compositrice de nombreux succès d’Edith Piaf), "Irma la Douce" fut un immense succès à Paris, mais aussi, chose rare, à Londres et Broadway, avant d’être portée à l’écran par le réalisateur américain Billy Wilder en 1963 avec dans les roles d’Irma et de Nestor, Shirley MacLaine et Jack Lemmon.
 
Une histoire entre une prostituée et un titi parisien fou amoureux qui va tout faire pour qu’elle ne soit plus qu’à lui. Un mélange entre Roméo et Juliette version bas-fonds et le Comte de Monte-Cristo, le tout saupoudré de comédie musicale, ce qui donne au spectacle un caractère unique, selon le metteur en scène Nicolas Briançon (Molière 2015 de la mise en scène pour "Voyages avec ma tante").
 
Reportage : JL.Serra, F.Bobin, O.Launay
 
Sur scène on retrouve l’énergique Nicole Croisille en patronne de cabaret truculente qui se souvient avoir vu "Irma"  lors de sa création en 56 au théâtre Gramont à Paris aujourd’hui disparu. Et à ses côtés Marie-Julie Baup et Lorànt Deutsch dans les rôles d’Irma et Nestor. Un défi pour les comédiens peu habitués à danser et chanter. Ce qui fait dire à Lorànt Deutsch que les spectateurs leur pardonneront sans doute quelques imperfections dans le chant s’ils sont sincères dans leur jeu.
Verdict du public lors de la première le 15 septembre !
 
INFO/RESA sur le site du théâtre