Londres à l'époque victorienne. Eliza Doolittle est une jeune fleuriste issue de la classe ouvrière au fort accent cockney.

Elle rencontre accidentellement le professeur Henry Higgins qui voit en elle la possibilité de mettre en pratique ses théories linguistiques et d'en faire une lady... Le colonel Pickering, ami et collègue du professeur, propose un pari à ce dernier : transformer suffisamment Eliza pour en quelques mois réussir à la faire passer pour une grande dame lors d'une réception à l'ambassade de Transylvanie. Higgins relève le défi et installe la jeune fille chez lui au terme d'un contrat verbal dont la durée est fixée à 6 mois: Eliza ne payera pas ses leçons de phonétique mais elle sera le "cobaye" de Higgins qui s'engage à mettre toute sa science au service d'un projet, celui de la faire parler comme une duchesse, dont le test final sera l'apparition d'Eliza à un bal de la cour. Les leçons commencent, sans autre résultat dans un premier temps que celui d'exaspérer l'élève et le professeur… Une fois le pari remporté, Higgins traite Eliza comme un objet qui n’a plus d’importance. De dépit, elle décide d’épouser le jeune Freddy. Resté seul, le vieux professeur misanthrope prend alors conscience de ses sentiments pour Eliza…laquelle revient chez lui in extremis.

My Fair Lady est une comédie musicale américaine inspirée de la pièce de George Bernard Shaw, Pygmalion de 1914, sur des paroles et un livret d'Alan Jay Lerner et une musique de Frederick Loewe. La première a été jouée au Mark Hellinger Theatre de Broadway le 15 mars 1956 avec Julie Andrews et Rex Harrison. 
Elle connaîtra 2717 représentations jusqu‘au 29 septembre 1962, ce qui
constitue un record à l'époque. My Fair Lady a été nominée dix fois aux Tony Awards 1957 et a obtenu 6 récompenses dont celle de la meilleure comédie musicale et celle du meilleur acteur pour Rex Harrison. Elle fut adaptée au cinéma en 1964 sous le même titre par le cinéaste américain George Cukor, avec Audrey Hepburn et Rex Harrison.

Cet ouvrage est monté de façon grand spectacle dans la tradition des années 50. My Fair Lady étant un film référence dans le domaine de la comédie musicale, il a très certainement influencé les mises en scène de la version proposée par l’Opéra Grand Avignon. Il n’en demeure pas moins qu’il est ici avant tout question de spectacle vivant, avec les moyens humains et techniques que cela représente. My Fair Lady, présenté à l’Opéra Grand Avignon en version française, fait appel aux sentiments et l’on sent bien que, derrière ses leçons, le professeur Higgins masque des émotions plus profondes. C’est pourquoi la mise en scène, tout au long de l’ouvrage, a été pensée de manière à laisser libre court à l’imagination du public quant à la relation existant entre le personnage d’Eliza et son professeur. L’objectif, à notre époque, n’est plus de donner une image misogyne de cette relation. La scène finale laissera donc à voir d’autres possibilités.

Distribution

  • Date 28 décembre 2013
  • Durée 3h 20min
  • Genre Scènes
  • Réalisation Franck Chaudemanche
  • Metteur en scène Paul-Emile Fourny
  • Chorégraphe Elodie Vella et Jean-Charles Donnay
  • Chef d'orchestre Dominique Trottein
  • Orchestre Orchestre Régional Avignon-Provence
  • Lumières Patrice Willaume
  • Costumes Dominique Burté
  • Solistes Eliza Doolittle - Chiara Skerath / Mrs Higgins - Catherine Alcover / Mrs Pearce - Jeanne-Marie Lévy / Mrs Eynsford-Hill - Julie Mauchamp / Mrs Hopkins - Isabelle Guillaume / La Reine - Solenne Aubrun / Professeur Henry Higgins - Jean-Louis Pichon / Colonel Hugh Pickering - Lionel Peintre / Alfred P. Doolittle - Philippe Ermelier / Freddy Eynsford-Hill - Raphaël Brémard / Jamie, le valet de Higgins Charles et le chauffeur de Higgins - Jean-Claude Calon / 1er Cockney - Patrice Laulan / 2ème Cockney - Franck Licari / 3ème Cockney - Olivier Dubois / Lord Boxington - Pascal Canitrot / L’homme d’Oxton - Xavier Seince / Harry - Jean-François Baron / George - Serge Mione